Escrime – Coupe du monde

L’équipe canadienne dans l’attente

EscrimeHommesFleuret1
Photo Dominique Teisseire 
Étienne Lalonde Turbide, Anthony Prymack, Maximilien Van Haaster, Eli Schenkel et Dominique Teisseire, entraîneur

Montréal, 7 février (Sportcom) – L’équipe canadienne masculine composée des Montréalais Maximilien Van Haaster, Étienne Lalonde Turbide, Anthony Prymack et de l’Ontarien Eli Schenkel, a conclu avec une brillante 11e place à la Coupe du monde de fleuret à Bonn, en Allemagne, dimanche. Toutefois, un revirement de situation inattendu laisse planer l’incertitude sur la possibilité que le pays obtienne une place aux Jeux olympiques de Rio.

Au premier tour, les représentants de l’unifolié affrontaient l’Irlande contre qui ils ont gagné 45 à 23 pour par la suite s’incliner contre les Japonais en huitième de finale par la marque de 45 à 34.

Au tour suivant, le Canada a remonté la pente en signant une autre victoire, cette fois contre l’Australie, 45 à 36. Malheureusement, le quatrième affrontement ne leur a pas souri puisque c’est l’Angleterre qui est sortie gagnant du combat avec un pointage de 45 à 27.

Puis, finalement, au match pour le 11e rang, les Canadiens se sont imposés 45-34 face aux Égyptiens.

« Idéalement, nous aurions dû battre la Grande-Bretagne pour nous qualifier. Je prends le blâme pour cette défaite puisque j'ai vraiment mal tiré. Nous avons perdu contre elle et le Japon, deux bonnes équipes qui ont déjà fini sur le podium en Coupe du monde cette année. Toutefois, nous avons battu une bonne équipe, l'Égypte », a fait savoir Van Haaster de l’arrondissement Ahuntsic—Cartierville.

L’entraîneur de l’équipe canadienne, Dominique Teisseire, était quant à lui satisfait du travail de ses protégés. « C’est très décevant parce qu’ils n’ont rien à se reprocher aujourd’hui [dimanche] selon moi. Ils ont su bien gérer la pression par rapport à cette épreuve. Il y avait une bonne ambiance aussi dans l’équipe. Ils ont de grandes qualités et si nous passons à côté de la sélection olympique, ce serait vraiment dommage parce que l’équipe a un bon potentiel. »

Au terme de cette compétition par équipe, la médaille d’or a été remise à la Russie, l’argent à l’Italie et le bronze à la France. La Chine a terminé au pied du podium.

Billet pour Rio ?

Après la compétition de dimanche, le Canada et le Brésil ont cumulé chacun 169 points au classement international. C’est la première fois qu’une situation comme celle-ci se présente a fait savoir M. Teisseire.

« Nous avons beau demander à droite et à gauche, personne ne connait le règlement. Apparemment, ce serait la nation qui aurait fait le plus de meilleurs résultats au niveau international qui passerait. Comme le Brésil a terminé deuxième aux panaméricains et le Canada troisième, il semblerait qu’il passe devant, mais nous n’avons pas la certitude. Si c’est l’ensemble des résultats ou seulement le dernier résultat d’aujourd’hui qui compte, alors ça serait nous. »

L’objectif des Canadiens était de finir dans les 12 premiers, ce qu’ils ont réalisé. Le Brésil a quant à lui conclu au 13e rang. « L’idée était de terminer deux places devant ce pays, c’est ce que nous avons fait. Toutefois, comme on supprime le moins bon résultat [au classement international], nous restons à égalité. Si nous prenons l’ensemble des résultats de toutes les compétitions nous serions devant », a ajouté l’entraîneur.

Si le pays ne parvient pas à mettre la main sur un laissez-passer pour Rio, Dominique Teisseire croit que ce serait en raison de certaines de ses performances antérieures cette saison.

« Ce que je trouve inacceptable, c’est d’avoir perdu aux panaméricains contre le Brésil. Ça ne pardonne pas. Ils auraient dû gagner et c’est là je crois qu’ils ont perdu l’occasion de faire la différence. Également, aux Championnats du monde à Moscou cet été ils ont perdu contre eux par une touche. S’ils avaient gagné, nous serions devant, mais nous ne pouvons pas revenir en arrière. »

Du côté individuel, Maximilien Van Haaster est en bonne position pour obtenir son billet. Samedi, le Québécois s’est assuré d’au moins deux points au classement international avec sa participation dans le tableau principal.

« Il a très bien tiré samedi et il a fait un top-32 pas très loin du top-16. Logiquement, il est sélectionné. Il reste le Grand Prix de La Havane, mais à moins d’un gros revirement c’est lui qui y va », a confirmé son entraîneur.

L’équipe canadienne devra maintenant attendre le verdict de la Fédération internationale d’escrime pour savoir si oui ou non elle s’envolera pour l’Amérique du Sud cet été.