Cyclisme sur route – Tour d’Italie

Mission accomplie pour Hugo Houle

HouleHugo_route2
Photo Fred Machabert / AG2R La Mondiale 
Hugo Houle

Montréal, 7 mai 2016 (Sportcom) – Hugo Houle (AG2R La Mondiale) a atteint son objectif samedi à la deuxième étape du Tour d'Italie de cyclisme sur route en terminant dans le même temps que le vainqueur, l’Allemand Marcel Kittel (Etixx-Quick Step). Le Québécois a fini 116e dans un peloton de 174 coureurs après avoir parcouru les 190 kilomètres entre Arnhem et Nijmegen, aux Pays-Bas.

« De notre côté, c’est mission accomplie. Nous ne voulions pas prendre d’écart s’il y avait des coups de bordures. Nos meneurs ont terminé dans le même temps que le vainqueur, c’est positif. Comme nous n’avons pas vraiment de sprinteurs, nous n’avons pas insisté pour le sprint final », a fait savoir Houle, de Sainte-Perpétue.

Kittel a franchi la ligne d’arrivée en sprint devant le Français Arnaud Démare (FDJ) et l’Italien Sacha Modolo (Lampre-Merida) qui ont terminé respectivement deuxième et troisième.

Le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant-Alpecin), gagnant du prologue de vendredi, a quant à lui fini au 36e rang. Toutefois, il a réussi à conserver le maillot rose et la tête du classement général.

Satisfait du travail de son équipe, Houle a passé la journée au côté de son coéquipier italien, Domenico Pozzovivo. « Il aime bien rouler à l’arrière alors c’est là que nous étions. Je m’occupe de lui et s’il a besoin de quoi que ce soit, je lui apporte ce dont il a besoin », a ajouté le cycliste de 25 ans.

Les forts vents des Pays-Bas auraient pu venir jouer les troubles fêtes, mais ce ne fut finalement pas le cas. « Nous n’avons pas eu trop de difficulté. Le vent soufflait quand même assez fort, 20 kilomètres à l’heure, mais le parcours n’était pas favorable à ce que ça donne des coups de bordures. Donc, ç’a été relativement tranquille », a conclu le Canadien.

Dimanche, Houle prendra le départ de la troisième étape, une course de 190 kilomètres entre Nijmegem et Arnhem. Selon le Québécois, la course risque d’être un peu plus tendue, car il y aura plus de changements de direction et le parcours longera les rivières. Le plan de match sera le même pour le cycliste qui tentera de bien se placer et terminer dans le même temps que le vainqueur.