Goalball – Coupe internationale de Malmö

Un avant-goût de Rio 2016

MorinNancy1
Photo Matthew Murnaghan, CPC 
Nancy Morin

Montréal, 8 mai 2016 (Sportcom) – L’équipe canadienne féminine de goalball a terminé au sixième rang de la Coupe internationale présentée à Malmö, en Suède, de vendredi à dimanche. La Québécoise Nancy Morin était tout de même fière du travail de ses coéquipières à cette compétition qui représentait une bonne préparation en vue des Jeux paralympiques de Rio.

Au début de l'événement, dans leur groupe, les représentantes de l’unifolié se sont retrouvées face aux Algériennes, aux Russes et aux Danoises. Vendredi, le Canada a connu un match serré contre l’Algérie qui s’est soldé par la victoire du pays par la marque de 6-5.

Toutefois, les choses se sont inversées contre les Russes qui ont remporté la rencontre 5-0. Ne baissant pas les bras, les représentantes du Canada ont fini la journée en gagnant 5-3 face au Danemark.

« Sur les 16 équipes participantes, il y a en avait neuf sur dix qui vont aux Jeux paralympiques. Ce sont toutes des équipes très fortes. Nous avons eu un peu de difficulté du côté technique individuellement et avec notre précision. Nous avons aussi eu des pénalités » a fait savoir Morin, de Longueuil.

En terminant deuxièmes de leur groupe, les Canadiennes ont accédé aux matchs déterminant les places cinq à huit du classement final.

Samedi, les Canadiennes ont perdu leur seule rencontre du jour contre les Israéliennes par la marque de 4-2. Finalement, dimanche, le pays s’est imposé à ses deux matchs face à la Grèce (2-1) et la Finlande (3-1).

La médaille d’or a été remportée par la Russie, l’argent est revenu à la Turquie et le Brésil a complété le podium.

Bien qu’elles auraient aimé mettre la main sur une médaille, les Canadiennes ont eu l’occasion de tester différents types de jeu. Chacune des représentantes du pays a participé aux matchs afin d’évaluer les combinaisons possibles pour voir les points forts des membres de l’équipe.

« Nous connaissions les équipes, mais il y en a plusieurs d'entre elles que ça faisait longtemps que nous avions affrontées. Alors c’était une bonne préparation pour savoir où chaque équipe est rendue dans son cheminement [pour les Jeux paralympiques]. Maintenant, il y a plus de filles qui font des lancers rebondissant comparativement à il y a quelques années. Nous voyons la progression de chacune et nous savons plus sur quoi travailler en vue de Rio », a conclu la Québécoise Nancy Morin.