Haltérophilie – Championnats panaméricains

La route menant à Rio passe par la Colombie pour les Canadiens

BeaucheminNadeauMarieEve1
Photo Tania Whalen Bilodeau 
Marie-Ève Beauchemin-Nadeau

Montréal, 8 juin 2016 (Sportcom) – Des laissez-passer olympiques sont à prendre cette semaine aux Championnats panaméricains d’haltérophilie présentés à Carthagène, en Colombie. Quatre nations chez les femmes et sept du côté des hommes obtiendront une place pour les Jeux de Rio.

Les Québécois Marie-Ève Beauchemin-Nadeau (69 kg), Kristel Ngarlem (69 kg), Jérôme Boisclair (77 kg), Mikaël Gonsalves (94 kg), George Kobaladze (+105 kg), Francis Luna-Grenier (69 kg) et Pascal Plamondon (85 kg) représenteront le pays.

La délégation féminine canadienne sera aussi formée des Ontariennes Amanda Braddock (48 kg) et Lacey Van Der Marel (58 kg) ainsi que de la Britanno-Colombienne Prabdeep Sanghera (75 kg).

Pour les hommes, l’Albertain Matthew Lee (69 kg), le Saskatchewanais David Samayoa (94 kg) et l’Ontarien Boady Santavy (85 kg) seront également en action.

La compétition continentale est la deuxième étape du processus de qualification pour les Jeux olympiques. Des places pour Rio ont été octroyées aux 21 premières nations chez les femmes et 24 meilleures du côté des hommes au classement combiné des Championnats du monde de 2014 et 2015.

Les Canadiennes, 30es, et les Canadiens, 46es, n’ont pu obtenir de billet olympique à cette occasion, mais ils comptent bien se reprendre à Carthagène et leurs chances de réussite sont bonnes.

Les filles à battre

Les haltérophiles du pays sont les meilleures du continent parmi les nations non qualifiées au classement des deux derniers mondiaux. Les Chiliennes, 33es, seront leurs principales adversaires. Les Portoricaines et les Cubaines devraient aussi être dans la course.

« Nos chances de finir dans le top-4 sont très bonnes », estime Marie-Ève Beauchemin-Nadeau, huitième aux Jeux olympiques de Londres dans la catégorie des moins de 69 kg.

La délégation nationale devra cependant se passer des services de la Québécoise Johanie Filiatreault, blessée à un poignet, qui a déclaré forfait la semaine dernière. « Ç’a été une surprise, mais nous restons avec une équipe solide malgré tout. Ce qui joue en notre faveur, c’est que la plupart des pays très forts sont déjà qualifiés. »

Rien n’est joué prévient toutefois l’athlète de Candiac. « Certaines nations n’ont pas les fonds nécessaires pour participer aux mondiaux et se concentrent sur les Championnats panaméricains, où elles ont espoir de se qualifier. Je crois tout de même qu’il ne devrait pas y avoir de grosses surprises. »

Si les Canadiennes obtiennent un laissez-passer pour Rio, Beauchemin-Nadeau a une longueur d’avance sur ses compatriotes pour être l’haltérophile sélectionnée, étant actuellement première au classement des athlètes éligibles pour les Jeux grâce à son résultat des derniers Championnats du monde.

Son total de 221 kilos réussi le 25 novembre, à Houston, alors qu’elle avait été opérée au genou gauche pour réparer notamment une déchirure d’un ménisque le 2 septembre, lui procure 91,306 % du marqueur chez les moins de 69 kg.

Genoux amochés

Depuis, la protégée de l’entraîneur Guy Marineau a participé à une seule compétition, la Classique haltérophile, le 2 avril, à La Prairie, mais elle y a soulevé 241 kilos. « J’étais super contente. Je n’étais pas au sommet de ma forme, mais j’ai réussi des records canadiens à l’épaulé-jeté et au total. »

Seule ombre au tableau, des tendinites aux genoux l’ennuient depuis janvier et se sont aggravées après cette prestation. « Ç’a vraiment empiré, au point où j’ai eu besoin d’avoir des injections de dextrose dans les tendons. Elles causent de l’inflammation, ce qui amène plus de sang et d’oxygène dans le but d’accélérer la guérison. »

L’athlète de 27 ans est du coup forcée de se fixer des objectifs sobres pour la Colombie. « Avec mes problèmes de genoux, ç’a été assez difficile en avril et mai. Présentement, je suis en moins bonne forme qu’à la Classique. Si je suis capable d’obtenir des résultats similaires, ce sera déjà très bien. »

Beauchemin-Nadeau a soulevé des charges de 104 kilos à l’arraché et de 137 kilos à l’épaulé-jeté en avril. Jeudi soir, quand elle se retrouvera sur le plateau des Championnats panaméricains, elle aimerait réussir des essais de 103 et 132 kilos, pour un total de 235 kilos.

Si la membre du club Fortius atteint ses buts, elle confirmerait son statut de meilleure Canadienne, toutes catégories de poids confondues, et se retrouverait parmi les 10 meilleures au monde du côté des 69 kg. Advenant l’obtention d’une place olympique par le Canada, elle serait donc retenue par la fédération nationale.

Dans l’éventualité où le pays échouait dans sa quête d’un laissez-passer à Carthagène, Beauchemin-Nadeau se qualifierait à titre individuel selon les critères de la fédération internationale. Championne des Jeux du Commonwealth en 2014 grâce à un combiné de 250 kilos dans la catégorie des moins de 75 kg, elle a déjà en poche un billet olympique grâce à cette performance.

Elle aimerait toutefois prendre part au grand rendez-vous estival chez les moins de 69 kg. « Pour avoir le meilleur classement possible aux Jeux, c’est sûr que c’est mieux que je sois du côté des 69 kg. Le stress en Colombie sera donc d’essayer de faire le mieux possible. Je veux un bon total en préparation pour Rio. En même temps, je sais que même si ça va super mal, je vais aller aux Olympiques. »