Jeux olympiques de Rio – Canoë-kayak de vitesse, K1 200 m

Rio, en attendant Tokyo

LangloisAndreanne2014
Photo Moskoo photograhie, Canoë-kayak Canada 
Andréanne Langlois

Rio de Janeiro (Brésil), 15 août 2016 (Sportcom) – On s’attendait à ce qu’elle vive son baptême olympique dans quatre ans à Tokyo, mais c’est à Rio qu’elle l’aura vécu. Lundi matin, Andréanne Langlois aurait aimé répéter sa prestation des préliminaires, sauf que sa cinquième place en demi-finale du K1 200 m l’enverra en finale B, mardi.

« Ça allait vite, mais moi je n’allais pas aussi vite que dans ma vague de ce matin. Je suis un peu déçue de ma performance. C’est ça le 200 mètres : ça va ou ça ne va pas et cette course-là ce n’était pas ma meilleure. Ça me fait de la peine de voir que ça n’a pas été comme je l’avais voulu, mais c’est la vie », s’est-elle résignée.

La kayakiste de Lac-Beauport avait pris le troisième rang de sa ronde préliminaire où elle a mentionné se sentir plus en contrôle qu’en demi-finale où elle a moins mis en pratique certains points techniques.

« Habituellement, je suis capable de les réaliser 75% du temps, mais là c’était dans le 25% que je ne réussis pas. »

Langlois a rapidement constaté que les Jeux olympiques sont bien différents des Coupes du monde et des Championnats du monde. Cela l’a frappée de plein fouet.

« Le stress est plus élevé et là, on a la chance que les médias puissent voir nos performances. Il y a plus de pression et nous voulons prouver à notre pays que nous voulons nous donner corps et âme pour faire notre place. »

Au cours des derniers mois, l’athlète de 23 ans avait avant tout une participation aux Jeux olympiques de Tokyo lorsqu’elle s’entraînait plutôt que ceux de Rio.

« Tout s’est tellement fait rapidement et avec mes temps, j’avais espoir de faire une finale A. C’est difficile, mais je vais me reprendre pour 2020 », a conclu la native de Trois-Rivières.

Chez les autres Canadiens en lice, Mark Oldershaw (C1 1000 m) et Adam Van Koeverden (K1 1000 m) seront eux aussi de la finale B de leur épreuve respective, tout comme le bateau de Genevieve Orton et KC Fraser en K2 500 m.