Soccer – Coupe du monde des moins de 20 ans

Les Canadiennes en quête d’expérience

CarleGabrielle
 


Montréal, 20 novembre 2016 (Sportcom) – L’équipe canadienne féminine de soccer a terminé son aventure à la Coupe du monde des moins de 20 ans de la FIFA avec une fiche de trois défaites dimanche à Port Moresby, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les joueuses n’ont donc pas été en mesure de se qualifier pour les quarts de finale.

La capitaine Bianca St-Georges (Saint-Félix-de-Valois), Gabrielle Carle (Lévis), Sarah Feola (Montréal), Anyssa Ibrahim (Repentigny), Marie Levasseur (Stoneham-et-Tewkesbury), Lysianne Proulx (Boucherville) et Marike Saint-Pierre Mousset (Montréal) ont fait partie de l’équipe la plus jeune envoyée par le Canada à un tournoi de cette envergure. L’âge moyen de la formation partante était de 18 ans et un mois.

« Notre objectif était de mettre nos joueuses à l’épreuve contre de fortes équipes. Nous l’avons obtenu en jouant contre l’Espagne, le Nigéria et le Japon, a affirmé l’entraîneur Daniel Worthington à Soccer Canada. Nous voulions aussi nous assurer que les joueuses clés de notre système EXCEL, en route vers l’équipe nationale féminine, puissent gagner de l’expérience contre différents styles de soccer international. »

Le premier match des portes-couleur de l’unifolié a eu lieu dimanche dernier. Les joueuses ont encaissé une défaite écrasante de 5-0 contre les Espagnoles dans le groupe B.

Mercredi, elles se sont mesurées aux Nigériennes. Même si Gabrielle Carle a ouvert la marque 15 minutes après le coup d’envoi du match grâce à une passe en retrait de l’Ontarienne Deanne Rose, les Canadiennes ont dû s’avouer vaincues 3-1.

À leur dernier match de la phase de groupes dimanche, les joueuses du pays se sont inclinées 5-0 face aux Japonaises. Le Canada avait comme plan de mettre l’accent sur la défense et de briser la ligne défensive de l’équipe adverse. Il s’agissait toutefois d’une bonne expérience pour les joueuses du pays, selon ce qu’a rapporté l’entraîneur Worthington à Soccer Canada.

« Jouer contre un champion de confédération et une équipe qui a remporté la Coupe du monde féminine U-17 de la FIFA au dernier cycle donne aux joueuses une expérience dont elles ont besoin pour continuer à se développer comme athlète. »

Les Jeux olympiques de Rio sont déjà chose du passé et l’équipe nationale féminine entre dans un nouveau cycle de quatre ans. Le pays tentera de passer de la quatrième à la première place au classement mondial de la FIFA.