Hockey – Championnats du monde des moins de 18 ans (femmes)

Une autre finale Canada – États-Unis… cette fois pour le titre mondial junior

DAstousMoreau Edith
IIHF 
Édith D'Astous-Moreau

Montréal, 13 janvier 2017 (Sportcom) – Les hockeyeuses canadiennes seront de la finale du Championnat du monde des moins de 18 ans. Vendredi, en demi-finale du tournoi, le Canada a eu raison de la Suède 6-2 à Zlin, en République tchèque. Les Québécoises Édith D’Astous-Moreau, Gabrielle David et Audrey-Anne Veillette ont fait partie de l’équipe gagnante.

Dans l’autre demi-finale, les États-Unis ont facilement vaincu la Russie 6-0. Comme c’est souvent le cas chez les seniors, la finale de samedi opposera donc le Canada aux États-Unis.

Invaincues en trois affrontements depuis le début du tournoi, les Canadiennes avaient défait la Suède par la marque de 5-1 en ronde préliminaire.

Brooke Hobson a ouvert la marque pour l’unifolié en première période. Moins d’une dizaine de minutes plus tard, la suspension d’Amy Potomak à la suite d’une pénalité pour extrême inconduite aurait pu couper l’élan des Canadiennes, sauf que ce ne fut pas le cas comme l’a souligné Gabrielle David.

« Nous avons réussi à tuer la pénalité et nous nous en sommes sorties. Depuis le début du tournoi, lorsque nous sommes en désavantage numérique, nous n’avons pas peur de bloquer des lancers. Nous étions donc confiantes. »

Sarah Fillier et Sophie Shirley ont porté la marque à 3-0 en début de deuxième période, sauf que les Suédoises ont répliqué avec deux buts en fin de période.

Les éventuelles gagnantes ont senti qu’elles ont repris le dessus sur leurs adversaires après leur quatrième filet, gracieuseté de Sophie Shirley, au début du troisième tiers.

« Ça leur a un peu cassé les jambes. Ensuite, nous avons marqué dans un filet désert », a précisé David, de Drummondville.

La Lavalloise Édith D’Astous-Moreau a gardé la cage canadienne. Selon sa coéquipière David, la gardienne se démarque tant sur la glace qu’à l’extérieur.

« Elle a fait des arrêts clés et même si elle a laissé passer deux rondelles, elle n’a pas baissé les bras. Elle n’a pas peur d’aller chercher la rondelle derrière le filet. Elle est toujours souriante et elle est capable de faire gagner l’équipe à elle seule », a-t-elle conclu.