Escrime en fauteuil roulant – Championnats du monde

Les Canadiens parmi les dix meilleurs en conclusion des mondiaux

MainvillePierre4
Photo Matthew Murnaghan, CPC 
Pierre Mainville

Montréal, 12 novembre 2017 (Sportcom) – « Considérant que c’est une de nos premières compétitions par équipe, une dixième place, c’est très bien pour nous », a fait savoir le vétéran épéiste Pierre Mainville. Lui et ses compatriotes Matthieu Hébert et Ryan Rousell ont conclu les Championnats du monde d’escrime en fauteuil roulant dimanche, à Rome, en Italie.

Mainville (Saint-Colomban), Hébert (Beauharnois) et Rousell (Saskatchewan) ont encaissé une défaite de 45-36 face aux Brésiliens en ouverture de tournoi. « Nous avons bien tiré, nous avons réussi de bonnes touches, mais nous n’étions pas à notre top. Jovane Guissone, qui est dans ma catégorie, m’a bien battu. Je ne suis pas trop déçu parce que je passe moins de temps à l’épée qu’au sabre. Matthieu était en super forme et il a très bien performé alors que Ryan était un peu frustré de ce match », a commenté Mainville.

De retour en action pour les combats de classement, les Canadiens ont fait tourner le vent en leur faveur pour inscrire au tableau une victoire de 45-40 contre les Sud-Coréens. Ils ont ensuite remporté leur affrontement contre les Grecques par la marque de 45-37, ce qui leur a permis de se battre pour le 9e rang. Toutefois, le trio du pays a terminé sa journée sur une défaite. Les Polonais ont eu le dessus 45-27.

« La Grèce nous avait battus la veille au sabre, mais nous avons super bien tiré contre ces adversaires. C’était une très belle victoire d’équipe, a ajouté Mainville. Contre les Polonais, nous nous sommes fait un peu laver, mais je crois que nous étions un peu fatigués après toutes les émotions que nous avons eues dans la journée. »

« Nous devons aussi travailler la gestion de combat. En équipe, ce n’est pas comme en individuel où ce sont des matchs de 15 touches. C’est 45 touches alternées entre les escrimeurs, a poursuivi Mainville. En fauteuil roulant, le processus est plus long que pour les valides puisqu’il faut replacer les fauteuils chaque fois, mais ça donne du temps pour s’encourager. »

Les Russes ont remporté l’or contre les Français et les Iraquiens ont récolté le bronze.

Pierre Mainville a tiré un bilan positif de ses mondiaux, lui qui n’en est pas à sa première présence à cet événement. « Je suis super satisfait de mes performances individuelles, mais surtout en équipe. Nous apprenons à nous connaître et je trouve ça super tripant. Je souhaite qu’un jour nous ayons une équipe plus jeune qui pourrait vivre cette expérience et éventuellement bien représenter le Canada. »

Préparer les Jeux paralympiques de Tokyo

Âgé de 44 ans, Pierre Mainville a déjà établi un plan pour sa retraite après une longue carrière en escrime en fauteuil roulant. Toutefois, avant de tirer sa révérence, il souhaiterait assurer la relève.

« Il faut recruter le plus possible des personnes qui veulent et peuvent tirer dans le haut niveau de compétition. Je souhaite passer un jour la flamme à quelqu’un. Mon corps souffre à chaque compétition. »

Le principal intéressé s’accordera un peu de repos avant de reprendre la prochaine saison en février.

« Je crois que les premières compétitions qui compteront des points dans le processus de qualification des Jeux paralympiques de Tokyo 2020 seront en Géorgie, en novembre 2018. Il faut vraiment commencer à préparer les nouveaux pour ça. J’espère tellement ne pas me rembarquer pour un cycle de quatre ans ! a-t-il ajouté en riant. Je le fais beaucoup pour l’équipe, je prends ça une année à la fois. J’avais fini aux Jeux olympiques de Rio 2016, mais notre chef m’a parlé parce qu’il aimerait que je continue d’aider le plus possible, ce qui retarde ma retraite. »