Patinage de vitesse sur longue piste – Sélections olympiques canadiennes

« Il aurait presque fallu un miracle ! » – Antoine Gélinas-Beaulieu

GelinasBeaulieuAntoine_Nationaux
 
Antoine Gélinas Beaulieu

Montréal, 4 janvier 2018 (Sportcom) – Antoine Gélinas-Beaulieu a conclu au sixième rang du 5000 m masculin des Sélections olympiques canadiennes présentées à l’Anneau olympique de Calgary, en Alberta, jeudi.

« Ça s’est très bien passé. Ce n’était pas des conditions faciles. La glace était un peu poussiéreuse et j’ai l’impression que les temps étaient moins rapides pour tout le monde. En ce qui concerne l’exécution, je suis très content. J’ai eu un départ dans le temps que je voulais », a fait savoir le patineur de 25 ans, auteur d’un chrono de 6 min 28,26 s.

Lors des quatre Coupes du monde de l’ISU cet automne, les patineurs de vitesse sur longue piste du pays n’ont réussi à décrocher qu’une seule place dans cette épreuve en vue des Jeux de Pyeongchang.

L’Albertain Ted-Jan Bloemen (6 min 16,36 s) a remporté la compétition et s’est provisoirement qualifié. Il a devancé le Britanno-Colombien Denny Morrison (6 min 21,08 s) et l’Ontarien Jordan Belchos (6 min 22,90 s).

N’étant pas préqualifié au 5000 m, le Québécois Gélinas-Beaulieu devait répondre à certains critères afin d’obtenir son billet olympique.

« Il aurait presque fallu un miracle ! Le détenteur du record du monde, Ted-Jan, a aussi combattu pour ce spot. Il aurait donc fallu le battre et réaliser le chrono standard de 6 min 14,51 s. C’était un méchant gros défi ! Je ne me concentrais pas sur ça, mais sur un record personnel, ce qui n’est pas arrivé. »

Le patineur n’en est pas à ses premières qualifications olympiques. Il a participé à la sélection nationale sur courte piste pour les Jeux de 2010. « En longue piste, ce sont mes premières. C’est sur que ça serait l’fun, mais je me concentre à faire ma meilleure course possible. Le reste, je ne peux pas le contrôler. »

Maintenant la glace brisée, Antoine Gélinas-Beaulieu se sent en confiance pour sa seconde épreuve samedi, le 1500 m. « C’est bon signe pour ma distance préférée. Il y a trois places disponibles, mais ça se peut qu’ils n’envoient qu’un gars. On ne sait jamais ! Il y a dix places en tout pour les hommes. Alors si on fait le calcul, trois spots par distance sauf une au 5000 m, ça en fait beaucoup plus que ce qui peut être alloué », a-t-il conclu.

Blondin, Weidemann et Tutt provisoirement qualifiées au 3000 m

Préqualifiée sur l’équipe canadienne au 3000 m féminin en raison de ses résultats de l’automne, l’Ontarienne Ivanie Blondin a tout de même pris part à la course. Elle s’est imposée en 4 min 4,31 s. l’Ontarienne Isabelle Weidemann (4 min 5,01 s) et l’Albertaine Brianne Tutt (4 min 7,52 s) ont pris respectivement les deuxième et troisième rangs. Elles se sont provisoirement qualifiées, car elles avaient auparavant réalisé le critère de temps.

À surveiller au 500 m

L’action reprendra vendredi avec la présentation du 500 m féminin et masculin. Le Canada pourra envoyer en Corée du Sud un maximum de trois représentants dans chacune de ces deux épreuves.

Chez les hommes, le Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix s’est préqualifié sur cette distance grâce à ses deux médailles d’or en Coupes du monde qui lui ont permis de finir parmi les cinq premiers au classement spécial de sélection olympique de l’ISU.

Jérôme Detuncq (Québec), Laurent Dubreuil (Lévis), Daniel Dubreuil (Lévis), Christopher Fiola (Montréal), David La Rue (Saint-Lambert), Alexandre St-Jean (Québec) ainsi que Noémie Fiset (Québec) tenteront de décrocher leur billet.

Au terme des Sélections olympiques canadiennes, un total maximum de 20 athlètes sera nommé mercredi par Patinage de vitesse Canada pour les Jeux de 2018.

 

Quelles sont les étapes à parcourir pour se qualifier pour les Jeux olympiques de Pyeongchang?