Patinage de vitesse longue piste – Sélections olympiques canadiennes

Laurent Dubreuil toujours dans l’attente

DubreuilLaurent_20162017
Patinage de vitesse Canada 
Laurent Dubreuil

Montréal, 5 janvier 2018 (Sportcom) – Aux deuxièmes sélections olympiques de sa carrière, le patineur de vitesse longue piste Laurent Dubreuil ne l’a pas plus facile. Le Lévisien qui avait raté les Jeux de Sotchi devra faire preuve de patience puisque le suspense quant à sa qualification pour les Jeux de Pyeongchang se poursuivra jusqu’à samedi.

« Ça risque d’être bon… Mais on ne le sait pas encore », s’est-il permis d’espérer.

Quatrième du 500 m vendredi soir à l’Anneau olympique de Calgary, Dubreuil (34,58 s) a vu le Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix (34,38 s) l’emporter devant William Dutton (34,53 s) et Gilmore Junio (34,55 s).

À cette distance, trois places sont disponibles sur la ligne de départ à Pyeongchang. Boisvert-Lacroix, déjà préqualifié en vertu de son classement en Coupe du monde, n’avait donc rien à prouver. Les deux derniers billets doivent être attribués selon le processus de sélection qui priorise la réalisation d’un standard de 34,47 s.

Si seul Boisvert-Lacroix est passé sous cette marque vendredi soir, Junio et Dubreuil l’ont tous les deux réussi au cours de 2017, période établie par le processus de sélection, mais pas Dutton.

Malgré que l’avantage est présentement du côté de Laurent Dubreuil, le Québécois ne peut encore crier victoire. Son compatriote a jusqu’à la fin des sélections nationales, le 9 janvier, pour réussir le standard. La Coupe Canada, présentée en parallèle aux Sélections nationales, a justement une course de 500 m à son programme de samedi matin.

« Ç’a pris tout le monde par surprise. S’il fait son standard demain matin, je suis out. C’est une autre demi-journée d’attente. »

Trois centièmes

La tension est à son comble, mais Laurent Dubreuil est le premier à admettre qu’il n’aurait pas été dans cette situation s’il avait mieux patiné. Seulement trois centièmes de seconde le séparent de Gilmore Junio qui s’est provisoirement qualifié au sein de l’équipe canadienne.

« Ce n’est pas la course que je voulais. Je suis un peu déçu envers moi-même. On va se croiser les doigts pour que ce soit assez », a mentionné celui qui avait remporté la médaille d’or au deuxième 500 m de la Coupe du monde d’Heerenveen, au début du mois de novembre. « Physiquement j’étais prêt, mais j’aurais aimé avoir le corridor extérieur qui était beaucoup mieux. Mon départ n’a pas été bon et j’ai eu un mauvais premier virage. J’ai eu un bon dernier 300 mètres, mais le mal était fait. »

Dubreuil n’a donc plus son sort entre ses mains. « Ça pourrait être mieux ou pire. Si William Dutton avait fait son standard aujourd’hui, ce serait déjà fini… »

Le Québécois sera de retour en action au 1000 m lundi soir, mais ne se fait pas d’illusions. Ce plan B a peu de chances de tenir la route. « Me qualifier aux Jeux à cette épreuve n’est pas vraiment une éventualité. Sur un plan réaliste, ça va passer ou casser demain matin. »

Les sélections nationales se poursuivront samedi à l’Anneau olympique de Calgary. Les Québécois Daniel Dubreuil, Antoine Gélinas-Beaulieu, Namasthée Harris-Gauthier, Guillaume Labbé, Béatrice Lamarche, David La Rue et Antoine Roger seront à surveiller au 1500 mètres.

Autres résultats des Québécois

500 m – Hommes
Alexandre St-Jean – 5e
Christopher Fiola – 8e
David la Rue – 10e
Daniel Dubreuil – 13e
Jérôme Detuncq – 14e

500 m – Femmes
Noémie Fiset – 4e

Quelles sont les étapes à parcourir pour se qualifier pour les Jeux olympiques de Pyeongchang? Vers les Jeux de Pyeongchang : rien à perdre, tout à gagner