Patinage de vitesse courte piste – Jeux olympiques

Kim Boutin en bronze !

20180213KimBoutin
 


Gangneung, 13 février 2018 (Sportcom) – Quatrième à avoir rallié la ligne d’arrivée de la finale de 500 mètres, mardi soir, aux Jeux olympiques de Pyeongchang, la patineuse de vitesse courte piste Kim Boutin est sortie de la glace et a remis des protège-lames. Sa coéquipière Marianne St-Gelais lui a dit de ne pas bouger. « Elle savait qu’il se passait quelque chose. Une chance qu’elle était là! »

Après avoir revu plusieurs fois la course mouvementée, les officiels en sont venus aux mêmes conclusions que St-Gelais. La Coréenne Min Jeong Choi, deuxième à avoir franchi la ligne, a été disqualifiée, permettant à Boutin de monter sur la troisième marche du podium.

« Je suis vraiment contente. J’ai fait un super départ. Il est arrivé plein de choses dans la course, mais je suis contente de ce que j’ai fait. »

L’Italienne Arianne Fontana a été couronnée tandis que la deuxième place est allée à la Néerlandaise Yara van Kerkhof.

« C’est énormément de travail, a poursuivi Boutin. En regardant les Jeux olympiques, on a l’impression que c’est facile et que les athlètes sont bons, mais il y a tellement d’efforts derrière ça que c’est ça qui est gratifiant », s’est réjoui la première médaillée canadienne en patinage courte piste à Pyeongchang.

Victime d’obstruction de la part de la Chinoise Qu Chunyu en demi-finale, la Sherbrookoise a été avancée en finale. Cinquième sur la ligne de départ, cela ne lui a pas trop nui puisqu’elle s’est emparée du deuxième rang dès ses premiers coups de patin. « C’est quasiment ma position  favorite. Je peux vraiment être agressive et donner tout ce que j’ai. C’est plus difficile, mais ça prend de la puissance et je l’ai! »

Pour elle, sa place en finale n’était que du bonus. « En demi-finale, ma job était faite, a-t-elle souligné. Mon 500 m n’est pas ma meilleure distance alors une médaille n’était pas l’objectif ultime. Je me suis concentrée sur ma technique et mon désir d’agressivité dans le départ. »

Journée écourtée pour Marianne St-Gelais

Si Kim Boutin a profité d'une disqualification pour la mener sur la troisième marche du podium, pour ce qui est de Marianne St-Gelais, ce fut plutôt le contraire.

La Québécoise faisait partie de la première vague de quart de finale de 500 mètres qui inaugurait la soirée de compétition au Palais des glaces de Gangneung.

« C’est sûr qu’il y allait avoir des faux départs, des chutes, de l’agressivité », a raconté l’athlète de Saint-Félicien.

St-Gelais n’aura donné que quelques coups de patin. Pénalisée pour un accrochage avec une autre patineuse dans le premier virage, elle n’a pu revenir sur la ligne de départ à la reprise de la course.

« C’est inexplicable. C’est du jamais vu en courte piste. Je n’ai pas la réponse et je ne l’aurai probablement jamais. C’est normal d’être agressive sur le départ, c’est normal de vouloir prendre sa place sur un 500 m. Ce n’est pas la première fois où quelqu’un chute, ou que ça brasse un peu, mais c’est la première fois qu’on en appelle là-dessus. »

« C’est une décision rare qui a été prise là-dessus », a ajouté l’entraîneur de l’équipe nationale féminine Frédéric Blackburn.

Impuissante face à la décision, St-Gelais a décidé de passer à un autre appel. « Même si on refait la scène 14 000 fois, le résultat ne va pas changer, alors on passe à autre chose. C’est cruel, oui, mais si on recommence la course, je referais la même chose. »

« Marianne a été préparée à ces choses-là. Elle a beaucoup d’expérience pour gérer ça, a expliqué Blackburn. C’est sûr qu’elle va être triste, mais elle va passer rapidement par-dessus. Elle va revenir très forte à la prochaine distance. »