Patinage de vitesse courte piste – Jeux olympiques

Disqualifiées, les relayeuses canadiennes s’absentent du podium

20180220relaisF1
 


Pyeongchang, 20 février 2018 (Sportcom) – La soirée des patineurs de vitesse canadiens au Palais des glaces de Gangneung s’est terminée comme elle a commencé. Après la disqualification de Charles Hamelin en ronde préliminaire de l’épreuve de 500 m, ce fut au tour des Canadiennes de subir le même sort en finale du relais, les excluant du même coup du podium olympique.

Le quatuor de l’unifolié, composé pour la finale de Kim Boutin, Kasandra Bradette, Valérie Maltais et Marianne St-Gelais, s’était donné les moyens de leur ambition. « Ce relais, on y allait pour un podium, pour la première place. Nous étions en bonne position pour le faire », a relaté Valérie Maltais.

« Nous étions dans la course tout le long et nous avions bien géré. C’était de loin notre meilleure course », a renchéri Bradette.

Les choses sont allées autrement.

Avec cinq tours à faire, Valérie Maltais n’a pu éviter une patineuse coréenne et a été entraînée dans sa chute. Kasandra Bradette, puis Marianne St-Gelais ont pris le relais et sans réussir à rattraper le retard perdu. Si elles voyaient les Sud-Coréennes et les Chinoises, provisoirement premières et deuxièmes, se réjouir, les Canadiennes, quatrièmes, attendaient sagement le verdict final. Le doute d’une disqualification planait.

Les officiels en ont finalement appelé à une double disqualification. En une fraction de seconde, les Canadiennes sont passées de la joie à la tristesse quand elles ont réalisé que leur équipe en faisait partie tout comme les Chinoises.

Les Sud-Coréennes ont donc décroché la médaille d’or, tandis que les Italiennes obtenaient l’argent. Les Néerlandaises, victorieuses de la finale B, ont mis la main sur le bronze.

Les Canadiennes s’expliquaient mal la décision qui avait mené à leur disqualification quand elles ont rencontré les journalistes.

« Je ne m’attendais zéro à ça. Je suis super déçue de ce résultat, car nous avons travaillé super fort », a indiqué Marianne St-Gelais.

L’analyse est venue par la suite de la part de leur entraîneur Frédéric Blackburn. Prête à prendre un relais, Kim Boutin se serait malencontreusement retrouvée trop près des Chinoises et des Coréennes quand ces dernières se disputaient la victoire dans les derniers mètres avant l’arrivée.

« Sur le finish des Coréennes et des Chinoises, elles ont serré pour protéger leur intérieur et une de nos patineuses était à l’intérieur. Ils ont considéré que Kim était dans les jambes. Elle n’a pas nui ni touché à personne, mais ça enlevait une possibilité à la Chinoise », a-t-il expliqué.

Comprendre les dessous de la décision n’atténue toutefois pas la tristesse de Frédéric Blackburn. « Les filles ont travaillé fort depuis les quatre dernières années. Elles ont embarqué dans le relais avec intensité. Elles étaient prêtes et y allaient pour essayer de gagner. Elles ont couru avec confiance, détermination. Ça aurait été une méchante belle fin de course », a-t-il admis.

1000 m : Boutin, Maltais et St-Gelais passent

Plus tôt en soirée, Kim Boutin, Valérie Maltais et Marianne St-Gelais étaient toutes trois sur la ligne de départ du 1000 m et se sont qualifiées pour les courses finales.

Les rondes finales du 1000 m, de même que celles sur 500 m chez les hommes, qui mettront en vedette Samuel Girard, seront disputées jeudi soir. La finale masculine du relais complètera cette dernière soirée olympique de patinage de vitesse courte piste au Palais des glaces de Gangneung.