Ski de fond – Jeux olympiques

Alex Harvey et Len Valjas huitièmes au sprint par équipe

20180221SKIDEFOND
 


Pyeongchang, 21 février 2018 (Sportcom) – Au jour 12 des Jeux olympiques de Pyeongchang, le fondeur québécois Alex Harvey a encore pu cocher une épreuve sur sa liste. Mercredi, l’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges et son coéquipier Len Valjas ont pris le huitième rang de la finale du sprint libre par équipe au Centre de ski de fond Alpensia.

Les Norvégiens se sont imposés, devançant par 1,71 seconde les athlètes olympiques de Russie qui ont décroché la médaille d’argent. Le bronze est allé aux Français qui ont accusé un retard de 2,02 secondes sur les vainqueurs.

« Nous sommes quand même contents. C’est sûr que nous espérons toujours faire mieux, mais j’ai vraiment tout donné », a mentionné Harvey. Dernier relayeur du duo canadien, il a franchi la ligne d’arrivée 35,60 secondes après le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo.

« Il aurait pu arriver n’importe quoi, mais les deux ont bien travaillé. Lenny a faibli un peu, mais il a quand même bien fait tout au long. Il poussait bien dans les descentes », a mentionné Louis Bouchard.

L’entraîneur de l’équipe nationale s’est également réjoui d’avoir vu Harvey se démarquer dans les montées. « J’ai aimé voir son punch. Il était capable de réagir. Ça démontre bien pour le 50 kilomètres. »

Son protégé, qui a ajouté un troisième top-10 à son palmarès des Jeux de Pyeongchang, était du même avis. « C’est bon signe. J’avais l’impression d’avoir du punch et de bien skier. J’y ai pris du plaisir », a ajouté celui qui avait fini 8e au skiathlon, 32e au sprint classique et 7e au 15 kilomètres style libre plus tôt dans la quinzaine olympique.

L’apéro avant le plat de résistance

Le sprint par équipe était une bonne façon de compléter la préparation d’Alex Harvey avant la tenue de l’ultime épreuve sur sa liste, le 50 kilomètres style classique qui aura lieu samedi.

« Aujourd’hui, c’était une pierre deux coups. S’il n’y avait pas eu de course, j’aurais fait des intervalles semblables à ça. C’est une préparation vraiment bonne, mais avant tout on traitait ça comme une course », a-t-il mentionné.

Toujours en quête d’une première médaille olympique, ce qu’il a démontré mercredi permet d’être optimiste. « C’est un gros signe. Les intensités, son attitude, la façon dont il skie, tu le vois que ça peut venir. Il faut juste qu’il garde la santé », a affirmé Louis Bouchard.

« Tout est en place pour que je livre un podium. C’est à moi d’aller le chercher », a renchéri le champion du monde en titre sur la distance.

Alex Harvey, qui disputerait également la dernière course olympique de sa carrière, n’est pas inquiet. « C’est excitant et c’est une opportunité à aller chercher. Si ça n’arrive pas, ce n’est pas la fin du monde et je ne dis pas ça pour me donner des excuses. Je vais me donner corps et âme, c’est mon rêve depuis que je suis tout jeune, mais ce n’est pas la vie ou la mort. Ce serait le scénario idéal, mais je veux juste faire la meilleure course possible et bien skier.  Je veux juste être capable de rallier le fil d’arrivée une dernière fois avec le sourire sur les lèvres. »