Jeux paralympiques – Parahockey

Les Canadiens joueront pour la médaille d’or

20180315VictoireParaHockeyDemiFinale
Dave Holland, Comité paralympique canadien 
Les Canadiens célèbrent leur victoire en demi-finale du tournoi paralympique de Pyeongchang.

Montréal, 15 mars 2018 (Sportcom) – Le résultat sera meilleur qu’à Sotchi, sauf que le travail n’est pas encore terminé pour l’équipe canadienne de parahockey. Jeudi, à Pyeongchang, la formation nationale a défait la Corée du Sud 7-0 en demi-finale du tournoi paralympique. Les Canadiens retrouveront les Américains en grande finale dimanche.

En 2014, le Canada avait décroché la médaille de bronze aux Jeux paralympiques.

Corbin Watson a amorcé le match devant le filet canadien avant d’être remplacé par Dominic Larocque en troisième période.

« L’équipe de la Corée du Sud était la plus physique de toutes celles que nous avions affrontées jusqu’à présent. C’était donc un bon test », a affirmé Larocque, seul Québécois de la formation canadienne. « Ce n’était pas aussi serré qu’un match contre les Américains, sauf que nous sommes bien confiants à la suite de nos prestations dans les quatre premiers matchs. »

Tyler McGregor (2 buts et 2 passes), Billy Bridges (2 buts et 1 passe), Greg Westlake (1 but et 1 passe), Dom Cozzolino (1 but et 2 passes) et Liam Hickey (1 but) ont été les marqueurs dans la victoire canadienne.

L’autre demi-finale opposant l’Italie aux États-Unis s’est terminée par une victoire de 10-1 des Américains.

« Nous n’avons pas eu la chance de jouer pour la médaille d’or à Sotchi. C’est donc une expérience incroyable, poursuit le gardien de 30 ans. (En 2014), nous avons quand même dû nous battre pour la médaille de bronze et nous sommes fiers de cette médaille. Cette fois-ci, nous avons la chance de jouer pour la médaille d’or et c’est l’objectif que nous visions avant le tournoi. Nous voulions faire nos preuves contre les Américains en finale et non en demi-finale comme c’était le cas à Sotchi. »

Reste maintenant à savoir qui, de Larocque ou Watson, l’entraîneur-chef Ken Babey déléguera devant le filet canadien dimanche.

« Nous sommes confiants, mais nous nous gardons une petite gêne, car nous respectons les Américains qui sont très rapides. Tout va se jouer sur la glace! » conclut Larocque.