Gymnastique artistique – Championnats du monde

René Cournoyer : stoppé, mais pas abattu

COurnoyerRene_photoGlennHunt_GymnasticsCanada
Photo Glenn Hunt/Gymnastics Canada 
René Cournoyer

Montréal, 31 octobre 2018 (Sportcom) – René Cournoyer a dû déclarer forfait à la finale du concours complet individuel des Championnats du monde de gymnastique artistique, mercredi, finale remportée par le Russe Artur Dalaloyan. Une déception pour celui qui s’était qualifié 23e sur 121 participants jeudi dernier, sauf que lorsque l’on sait de quelle façon le Repentignois a obtenu son laissez-passer pour la finale à Doha (Qatar), on comprend rapidement pourquoi il garde le cap sur son objectif d’une qualification olympique.

À son premier appareil de la qualification, la barre fixe où il a fini 28e, Cournoyer a subi un claquage au muscle abdominal supérieur gauche.

« Malgré cela, j'ai réussi à finir la compétition et à me classer pour la finale (top-24). La blessure s'est aggravée au fur à mesure que l’épreuve avançait et après le dernier appareil, c'était intolérable. Je n'arrivais plus à respirer et marcher était pénible. J'ai vraiment tout donné sur le plateau de compétition », a poursuivi celui qui avait aussi terminé 56e au sol, 59e aux anneaux, 60e aux barres parallèles, 72e au saut et 91e aux arçons.

Les petits gestes du quotidien sont ensuite devenus difficiles pour le gymnaste, alors l’entraînement a été mis de côté. Il a plutôt fait des séances de massage, d’électrostimulation, d’acuponcture et d’ultrasons.

« Le lendemain de la qualification, j'avais espoir que la douleur se soit estompée, mais ce n'était pas le cas. Rester assis était pénible, me lever du lit était douloureux et je respirais en prenant des demi-respirations. Faire de la gymnastique était impensable. Nous avions quelques jours avant la finale et j'ai pris tous les moyens nécessaires pour récupérer. Malgré cela, il devenait évident que je ne serais pas capable d’être de la finale. C'était vraiment déchirant comme décision. »

Stoppé, mais pas abattu, Cournoyer voit dans sa prestation la preuve qu’il doit garder le cap sur la qualification olympique qui aura lieu dans 11 mois, même si le prochain sera surtout consacré à sa réadaptation.

« C’est très prometteur pour l'an prochain et je suis fier de m'être qualifié pour la finale! C'était mon objectif de me classer parmi les 24 meilleurs au monde et d'y parvenir malgré une blessure me rend encore plus fier. Je compte bien revenir en force. »