Ski alpin – Coupe du monde

Cinquième, Valérie Grenier est maintenant une prétendante au podium

20180222GrenierValerieJO
Photo Sportcom 
Valérie Grenier

Montréal, 2 décembre 2018 (Sportcom) – « Là, je sens que je fais maintenant partie des meilleures ! » a lancé Valérie Grenier en entrevue dimanche, à la suite du meilleur résultat de sa carrière en Coupe du monde de ski alpin, une cinquième place obtenue au super-G de Lake Louise.

Grenier (1 minute 20,29 secondes) a accusé un retard de 88 centièmes de seconde sur la gagnante, l’Américaine Mikaela Shiffrin (1 min 19,41 s), en plus de finir à seulement 5 centièmes de seconde de la troisième place.

La Norvégienne Ragnhild Mowinckel (+0,77 s) et l’Allemande Viktoria Resenburg (+0,83 s) ont accompagné la meneuse au classement de la Coupe du monde sur le podium. Marie-Michèle Gagnon, de Lac-Etchemin, a pour sa part fini au 20e rang (+1,76 s).

L’athlète affiliée au club de Mont-Tremblant a connu un départ canon, signe que ses bonnes sensations d’avant course étaient fondées.

« Ce matin, je me sentais pas mal bien! J’adore le super-G, j’étais en confiance et je voulais juste attaquer au max. Sur ce parcours, tu ne peux pas y aller facile ou tourner trop. Il faut juste envoyer. C’est ce que j’ai fait et ç’a fonctionné! »

La jeune femme de 22 ans mentionne qu’elle savait qu’elle connaissait une bonne descente alors qu’elle était en piste.

« J’ai eu un petit peu de difficulté dans l’entrée du pitch, sauf que j’ai pu rattraper (mon erreur) tout de suite. Une fois le pitch passé, j’avais de la bonne vitesse. Quand j’ai traversé la ligne d’arrivée et que j’ai vu que j’étais cinquième, c’était incroyable et je n’en revenais pas! C’est vraiment proche du podium, c’est fou! »

Avant la journée de dimanche, le meilleur résultat de Grenier en Coupe du monde était une 11e place obtenue au slalom géant de Sölden (Autriche) en octobre dernier. La championne du monde à la descente et vice-championne au super-G des mondiaux juniors de Sotchi en 2016 sent qu’elle vient de franchir une étape importante dans sa carrière.

« Je savais que je me sentais bien sur mes skis en super-G et j’ai complètement oublié mes courses de descente de la fin de semaine qui ne se sont pas bien déroulées. J’avais tourné la page et j’étais prête pour ma discipline préférée. Cette cinquième place me donne beaucoup de confiance pour les courses à venir. »

Grenier a dû attendre de longues minutes avant de s’élancer en piste, car la course a été suspendue en raison de la chute d’une compétitrice qui partait deux rangs avant elle.

« J’ai été capable de rester concentrée et je suis restée dans ma bulle. »

Aucun Québécois n’était au départ du slalom géant de la Coupe du monde masculine de Beaver Creek (Colorado).