Ski acrobatique – Coupe du monde

Laurianne Desmarais-Gilbert : grande soeur à la maison, petite soeur en ski

20190126soeursGilbert
Photo Sportcom 
Laurianne Desmarais-Gilbert et Valérie Gilbert

Montréal, 26 janvier 2019 (Sportcom) – Elle a beau être la sœur aînée des Gilbert, Laurianne Desmarais-Gilbert est une recrue sur la scène internationale de ski acrobatique. La grande sœur de la membre de l’équipe nationale de bosses depuis 2015 Valérie Gilbert a pris part ce mois-ci aux premières Coupes du monde de sa carrière.

Après une 27e place à Calgary le 12 janvier dernier, Laurianne Desmarais-Gilbert a fini 17e de la Coupe du monde de Mont-Tremblant samedi. La skieuse de Sainte-Adèle a raté les rondes finales par 1,54 point.

« Je suis sur un petit nuage, a raconté l’athlète de 21 ans. Je n’espérais pas vraiment de résultats, je voulais surtout travailler sur des points techniques. J’ai réussi à tenir le plan de match et ç’a payé avec une 19e place. Je ne m’attendais pas du tout à ça. Je suis super contente. »

Pour sa première Coupe du monde en sol québécois, Desmarais-Gilbert a pu compter sur l’appui de plusieurs partisans. « J’étais quasiment plus stressée ici qu’à ma première Coupe du monde à Calgary. Ma famille, mes amis, les membres de mon ancien club et mon ancien coach se sont tous déplacés. Je voulais les rendre fiers. Je pense que c’est mission accomplie! »

En année sabbatique, Valérie Gilbert, qui a d’ailleurs signé le meilleur résultat de sa carrière à Mont-Tremblant l’année dernière grâce à une 10e place, assistait aux débuts de sa grande sœur à Mont-Tremblant.

« Ce matin je me suis réveillée nerveuse, comme si c’était moi qui compétitionnais. Je suis toujours bien excitée. Souvent, je suis plus stressée quand elle descend que quand je fais ma run. J’avais hâte qu’elle obtienne les résultats que je savais qu’elle était capable d’avoir », a expliqué Valérie, âgée de 20 ans.

« C’est elle qui crie le plus fort, a renchéri Laurianne en riant. C’est ma petite sœur à la maison, mais en ski, c’est plus ma grande sœur, car elle a évolué plus rapidement que moi. J’avais envie de lui montrer où j’étais rendue pour qu’elle soit fière. »

De la fierté, il y en avait dans les yeux de la petite sœur. « Chaque année, Laurianne progresse tellement. Je suis heureuse de la voir skier. »

La famille Gilbert pourrait un jour retrouver trois des leurs au sein de l’équipe nationale. Laurianne et Valérie ont un jeune frère, Benoit Gilbert, membre de l’équipe de bosses du Mont-Saint-Sauveur, qui a un œil sur l’équipe du Québec.

En attendant, Laurianne poursuivra sa saison dans le circuit nord-américain. Avec l’expérience acquise en Coupe du monde ces dernières semaines, elle est prête à tirer son épingle du jeu. « J’ai bien l’intention de montrer que je suis rendue dominante ! »  a-t-elle conclu.