Surf des neiges alpin – Championnats du monde

Les conditions météorologiques gâchent le spectacle en Utah

BeaulieuSebastien2018
Canada Snowboard 
Sébastien Beaulieu

Montréal, 5 février 2019 (Sportcom) – Dans des « conditions horribles », Sébastien BeaulieuJasey-Jay Anderson et Arnaud Gaudet se sont élancés sur la piste de Park City, en Utah, pour les qualifications du slalom en parallèle aux Championnats du monde de surf des neiges alpin.

La chance ne leur a pas souri, puisqu’aucun d’entre eux n’a réussi à atteindre la ronde finale à laquelle prenaient part les 16 premiers des qualifications. Si Anderson a terminé 23e et Gaudet 37e, Beaulieu n’a quant à lui pas été en mesure de compléter le parcours.

« De la première porte à la deuxième, j’ai fait un dérapé-coupé pour me placer sur la ligne haute et l’arrière de ma planche a accroché un trou. Ç’a stoppé mon virage et la direction que j’étais en train de créer », a expliqué Beaulieu.

« Les conditions météorologiques étaient tout simplement horribles. Il y avait beaucoup de neige. Si tu restais debout, tu faisais les finales. Les Autrichiens ont même essayé de faire annuler la course. Personnellement, c’est les pires conditions que j’aie vues. »

Sans surprise, Beaulieu était déçu que les conditions aient empêché les athlètes de courser à leur plein potentiel. « Ce sont les mêmes conditions pour tout le monde, mais ça ne met vraiment pas nos habiletés en valeur. C’est vraiment du mauvais temps. Nous avons juste l’air de nous battre contre la piste. D’autres épreuves, comme celle du Big Air, ont été annulées, ça démontre juste à quel point il ne fait pas beau! » a-t-il dit.

« Ça va super bien dernièrement et la piste aurait été bonne pour moi! Je pensais bien faire, spécialement aujourd'hui, car mon slalom est vraiment fort dernièrement. C'est vraiment dommage », a poursuivi le Sherbrookois qui avait comme objectif de terminer parmi les huit premiers, ce qui lui aurait permis de recevoir son brevet de Sport Canada et d’une sécurité financière pour deux autres années.

Beaulieu demeure confiant pour les six derniers départs en Coupe du monde de la saison. Il sait qu’il est en bonne forme pour faire un bon résultat et ainsi, conserver son financement gouvernemental pour au moins une autre année. « Si je finis dans le premier tiers de compétiteurs une seule fois à ces six départs restants, je devrais garder mon brevet. »