Patinage de vitesse sur longue piste – Championnats du monde par distance individuelle

Maltais commence les mondiaux avec une 12e place au 3000 m

MaltaisValerie2017
Photo Patinage de vitesse Canada 
Valérie Maltais

Montréal, 7 février 2019 (Sportcom) – La glace est brisée pour la Saguenéenne Valérie Maltais qui prend part à ses premiers Championnats du monde par distance individuelle de patinage de vitesse sur longue piste à Inzell, en Allemagne. Jeudi, elle s’est élancée au 3000 m où elle a conclu en 12e place.

« À mes premiers mondiaux, je peux être fière. C'est un début respectable », a dit l’auteure d’un chrono de 4 min 6,981 s.

Dans cette course, l’athlète de 28 ans a décidé de tenter le tout pour le tout avec beaucoup de vitesse au départ. « J'aurais pu mieux gérer, mais les filles en haut de moi [au classement] sont toutes parties vite. Je ne suis pas encore à ce niveau, mais je prends l'information dans le but d'atteindre ce calibre. Je peux devenir plus solide et forte pour le futur. »

Même s’il lui reste encore trois épreuves au programme d’ici dimanche, Maltais a déjà le regard rivé vers la prochaine saison. « C'est encourageant puisque j'aurai plusieurs mois d'entraînement de plus avec une idée de ce que je dois améliorer. Rappelons que, l'été dernier, j'ai touché à la longue piste pour la première fois le 27 juillet », a-t-elle ajouté.

La Tchèque Martina Sablikova a été sacrée championne du monde en battant son propre record de piste, maintenant établi à 3 min 58,911 s. La Néerlandaise Antoinette de Jong (+0,50 seconde) a mis la main sur l’argent et la Russe Natalia Voronina (+1,08 seconde) a récolté le bronze.

Les Ontariennes Isabelle Weidemann (7e) et Ivanie Blondin (DQ) ont aussi participé à la course.

Le Lévisien Laurent Dubreuil tentera de monter sur le podium au 500 m vendredi. Le Montréalais Christopher Fiola sera aussi sur la ligne de départ.

Valérie Maltais sera quant à elle de la poursuite par équipe. « J'adore Ivanie et Isabelle, elles sont parmi les meilleures au monde. Nous avons de bonnes capacités physiques, la communication, le travail d’équipe et nous nous poussons à être meilleures. J'apprends beaucoup d’elles et de leur expérience. Je suis nerveuse pour la poursuite puisque je ne l'ai pas encore faite en compétition. Nous savons que nous avons le potentiel d'atteindre un top-4, donc ça reste à voir demain. »