Patinage de vitesse longue piste – Championnats du monde par dist. ind.

Valérie Maltais et la poursuite féminine tout près du podium

20190208PoursuiteF
Capture d'écran/CBC 
L'équipe canadienne féminine de poursuite

Montréal, 8 février 2019 (Sportcom) – La recrue en patinage de vitesse longue piste Valérie Maltais est passée près de décrocher sa première médaille aux Championnats du monde de sa nouvelle discipline. Vendredi à Inzell (Allemagne), Maltais, Isabelle Weidemann et Ivanie Blondin (2 minutes 58,3017 s) ont fini en quatrième place de la poursuite par équipe, ratant du même coup le bronze par un peu plus d’une demi-seconde.

La formation japonaise et championne olympique en titre a été sacrée championne du monde en un temps de 2 minutes 55,785 secondes. Les Canadiennes ont fini à 0,58 seconde des médaillées de bronze, les Russes (+1,94 s). L’argent est allé aux Néerlandaises (+0,42 s).

« Nous sommes contentes de notre course. Nous avons bien patiné ensemble et nous avons bataillé. Notre chrono n’est pas loin du podium. C'était la première fois que nous patinions ensemble à cette épreuve sur la scène internationale et c'est motivant pour la prochaine saison! » a commenté Maltais qui s’était classée 12e au 3000 m disputé jeudi.

« J'étais nerveuse, mais plus en contrôle étant donné que la glace était brisée. C’était un bon stress qui m'a bien fait patiner. »

L’équipe canadienne masculine de poursuite formée d’Antoine Gélinas-Beaulieu, Jordan Belchos et Ted-Jan Bloemen a pour sa part conclu en cinquième place.

Pas les résultats espérés au 500 mètres

Laurent Dubreuil (34,803 secondes) n’a pas réalisé la course qu’il souhaitait au 500 mètres, lui qui avait démontré une belle forme en ce début 2019.

« J’ai fait mes meilleurs temps à vie aux sélections canadiennes en janvier et mes courses de la semaine dernière à la Coupe du monde de Hamar étaient bien meilleures. Je me sentais bien à l’entraînement cette semaine, sauf que je voulais trop et je ne me suis pas laissé aller. Ce n’était pas la course que j’espérais », a expliqué l’athlète, 14e du jour, avec son franc-parler habituel.

Son adversaire, l’Allemand Nico Ihle, qui terminait l’épreuve dans le virage intérieur, est sorti très large à la fin du deuxième virage pour empiéter dans le corridor du Québécois.

« Ça n’a pas aidé, mais ma course était déjà moyenne à ce moment-là. Mon départ n’a pas été assez vite et en fait, il n’y a aucune partie de ma course que j’ai aimée. Tout était soit moyen ou mauvais. En général, j’étais trop tendu et je n’ai jamais été à l’aise dans ma technique. Je vaux plus que ça, mais je ne l’avais juste pas techniquement aujourd’hui (vendredi). »

Toujours au 500 mètres, Christopher Fiola (35,550 secondes) a pour sa part connu un bon départ, sauf qu’il a été déséquilibré à la sortie du premier virage et n’a pu retrouver son rythme par la suite. Le Montréalais a fini en 23e place.

Les Championnats du monde de patinage de vitesse longue piste par distances individuelles se poursuivent jusqu’à dimanche.