Judo Canada – Grand Chelem de Paris

Christa Deguchi et Jessica Klimkait au coeur d’une finale historique

Deuxième victoire d’affilée de Christa Deguchi au Grand Chelem de Paris

Montréal, 9 février 2019 – Pour une première fois dans l’histoire du judo canadien, deux représentantes de l’unifolié se faisaient face dans une finale du Grand Chelem de Paris. En blanc, Christa Deguchi, 7e au classement mondial, qui tentait de décrocher une deuxième victoire chez les moins de 57 kg en autant d’années à ce prestigieux événement. En bleu, Jessica Klimkait, 5e au monde, qui aspirait à remporter une première médaille d’or.

Déjà trois fois victorieuse contre Klimkait dans la dernière année, Christa Deguchi s’est encore imposée dans cette finale historique. Dans un duel serré, la médaillée de bronze des derniers mondiaux l’a emporté en marquant waza-ari dans les toutes dernières secondes du combat.


Photo Rafal Burza

« Le Grand Chelem de Paris est le plus prestigieux tournoi après les Championnats du monde et les Jeux olympiques et jusqu’à l’année dernière, le Canada n’avait jamais remporté de médaille d’or. Que Christa répète son exploit pour donner au Canada sa deuxième médaille d’or de son histoire à Paris est exceptionnel. En plus que d’affronter Jessica en finale est définitivement un moment historique pour le judo canadien », a mentionné Nicolas Gill, directeur général et directeur haute performance de Judo Canada.

Avant de se mesurer à Klimkait, Deguchi avait remporté ses quatre premiers combats par ippon. « Je suis contente. Je ne voulais pas rendre ma médaille d’or, je voulais la garder », a raconté Deguchi.

« C’était un combat difficile en finale contre Jessica. Nos duels m’aident à devenir plus forte. » Deguchi s’est réjouie d’avoir retrouvé son erre d’aller, elle qui avait trouvé difficile son début 2019. « J’étais un peu nerveuse avant d’arriver à Paris parce que je ne savais pas si j’allais pouvoir gagner. J’avais beaucoup de pression et je n’étais pas dans les meilleures conditions, mais j’ai travaillé fort. Je ne me suis pas concentrée sur gagner, mais de faire de mon mieux et finalement, ç’a marché ! »

Bien qu’elle aurait aimé décrocher la victoire et la médaille d’or, Jessica Klimkait s’est réjouie de faire partie de ce moment historique. « C’est une dure défaite, mais elle m’encourage à continuer de pousser. C’était serré, mais malheureusement, j’ai fait une erreur dans les dernières secondes qui m’a coûté le match », a-t-elle admis.

La journée de Klimkait lui permettra de planifier son année 2019. « Puisque c’était mon premier tournoi de l’année, je voulais en tirer des objectifs afin de pouvoir travailler à faire progresser mon judo. Il y a certains combats que j’aurais aimé mieux faire, mais j’étais contente d’atteindre la finale. »

Un duel relevé

Tout comme Christa Deguchi, Jessica Klimkait a aussi battu toutes ses autres adversaires par ippon avant de se retrouver en finale face à sa compatriote.

Les deux ont connu une très belle journée. Malheureusement, c’est difficile de les voir s’affronter en finale, mais en même temps, c’est bon pour Judo Canada. Elles prouvent leur domination », a affirmé l’entraîneur-adjoint de l’équipe nationale de judo, Sasha Mehmedovic. « Je suis très content et très fier. Christa et Jessica sont arrivées prêtes à se battre et à monter sur le podium. Depuis le début du processus de sélection olympique, il s’agit de leur troisième finale et elles ont prouvé qu’elles sont parmi les meilleures de leur catégorie. »

Catherine Beauchemin-Pinard si près du bronze

Du côté des moins de 63 kg, Catherine Beauchemin-Pinard est passée bien près de monter elle aussi sur le podium avant d’être surprise en début de combat pour la médaille de bronze.

« C’est ce qui est bizarre, car je suis quand même contente de ma journée, mais je suis déçue de ma finale. Mais c’est quand même une bonne journée. J’ai gagné contre celles que je devais gagner », a admis la Québécoise.

Beauchemin-Pinard a été privée de la médaille de bronze par la Japonaise Nami Nabekura qui lui a infligé un ippon en début de duel. « J’ai commencé à reculer et je me suis fait prendre. J’ai fait une erreur et elle en a profité », a-t-elle mentionné.

La judoka québécoise, qui a fait le saut des moins de 57 kg aux moins de 63 kg il y a maintenant un an et demi, avait bien entamé sa journée de compétition en remportant ses deux premiers combats par ippon avant de se mesurer, en quarts de finale, à la Française et championne du monde en titre, Clarisse Agbegnenou.

Beauchemin-Pinard a tenu bon avant de s’incliner en prolongation contre la numéro 1 mondiale. « Même si j’ai perdu, j’ai fait un super bon combat. Je suis vraiment contente », a expliqué la judoka canadienne, 15e au monde, qui avait ensuite eu le dessus sur la Française Yasmine Horlaville au repêchage afin de combattre pour le bronze.

Plus difficile journée chez les hommes

Chez les hommes, Jacob Valois (-66 kg), Antoine Bouchard (-73 kg) et Arthur Margelidon (-73 kg) n’ont pas obtenu de classement.

Recrue de l’équipe, Jacob Valois, qui arrive des rangs juniors, a été éliminé au troisième tour. « C’est un bon départ pour Jacob et il a fait de bonnes choses dans ses combats », a mentionné l’entraîneur de l’équipe nationale Michel Almeida.

Coupe européenne cadette

Du côté de Follonica, en Italie, Seth Nobert est passé bien près d’accéder à la ronde des médailles chez les moins de 60 kg.

Auteur d’une victoire et une défaite aux deux premiers tours éliminatoires, le judoka canadien a remporté ses deux premiers combats de repêchage. Il a cependant été stoppé au tour suivant par l’un des éventuels médaillés de bronze, l’Italien Mattia De Zan.

Brady Dixon n’est quant à lui pas allé plus loin que le troisième tour.

Après une victoire dans leur catégorie respective Olivier Gagnon, Emil Schenk, Daniel McCristall, Nathan Demaere ont subi la défaite au tour suivant. Maximus Litzenberger, Félix Archambault et Ema Tesanovic ont pour leur part été sortis dès leur premier duel.

« Je suis satisfait de la façon dont les jeunes judokas canadiens ont combattu aujourd’hui. Je sais que nous avons perdu certains matchs que nous aurions pu gagner, mais cela fait partie de leur développement. Nous ne nous attendons pas nécessairement à ce qu’ils remportent tous leurs matchs, mais qu’ils gagnent lorsqu’ils le peuvent et qu’ils tirent des leçons lorsqu’ils perdent », a mentionné Russ Gallant, entraîneur adjoint du Centre régional d’entraînement de Lethbridge, en Alberta.

La Coupe européenne cadette se poursuivra dimanche à Follonica.

-30-

Rédigé par Sportcom pour Judo Canada
Information : 514-990-0966 | 1-866-990-0966

 

Informations :

Patrick Esparbès
Directeur général adjoint
(514) 668-6279
p.esparbes@judocanada.org