Ski de fond – Finales de la Coupe du monde

« J’ai toujours voulu m’arrêter au top! » – Alex Harvey


Ski de fond – Finales de la Coupe du monde

« J’ai toujours voulu m’arrêter au top! » – Alex Harvey

20190324AlexHarvey
Sportcom 


Québec, 24 mars 2019 (Sportcom) – C’est le cœur léger que le fondeur Alex Harvey s’est élancé à la dernière Coupe du monde de sa carrière. Et c’est au deuxième rang qu’il a terminé cette ultime course dimanche, sur les Plaines d’Abraham bondées de spectateurs qui n’avaient d’yeux que pour lui.

Le Québécois a travaillé fort pour s’accrocher derrière une locomotive russe nommée Alexander Bolshunov pour rattraper Joahnnes Hoesflot Klaebo, premier en piste à cette poursuite 15 kilomètres en style libre et qui s’est imposé pour une troisième journée de suite.

Comme il l’avait fait la veille au 10 kilomètres classique, Harvey a décroché l’argent à la suite d’un superbe sprint pour devancer Bolshunov de 10 centièmes de seconde.

Alex Harvey, deuxième, pour une dernière fois.

« Bolshunov était plus fort que Johannes et moi aujourd’hui. Il ventait tellement et il fallait être stratégique. Lui, il court d’une seule façon : c’est all in dès le début. Le premier tour était vraiment difficile. J’avais du lactate partout dans le corps et après j’ai réussi à récupérer. Au dernier tour, je savais que le podium était assuré, alors je voulais rester stratégique. »

Klaebo, déjà détenteur du petit globe de cristal au cumulatif du sprint, a été le premier à s’élancer avec un peu plus de 50 secondes d’avance sur le Russe et le Québécois.

Le Russe semblait amer d’avoir vu le grand globe de cristal lui échapper des mains du Norvégien en plus de s’être fait souffler la deuxième place par Harvey. Celui-ci est allé à sa rencontre en pointant son biceps pour lui signifier que c’était le Russe qui avait été le plus fort sur le parcours. Le médaillé de bronze a à peine détourné la tête.

« Il faut donner le crédit à Bolshunov qui a vraiment travaillé en avant et cela a sûrement aidé Alex qui est resté derrière et qui a travaillé très fort pour rester là. Alex a eu la bonne tactique », a analysé l’entraîneur Louis Bouchard.

Louis Bouchard commente la stratégie de course d'Alex Harvey.

Le rideau tombe sur la carrière du plus grand fondeur canadien qui a douté par moments en ses capacités à finir au sommet dans sa ville natale, lui qui a connu une saison difficile.

« Il fallait que je me force pour croire au podium hier (samedi), a-t-il précisé. Aujourd’hui, c’était ce n’était pas difficile et j’ai pu apprécier la journée, surtout mon dernier tour où j’ai pu savourer le moment. Finir avec deux podiums, ça me conforte encore plus dans ma décision (de prendre sa retraite). J’ai toujours voulu m’arrêter au top et même si la saison a été difficile pour moi, les deux dernières semaines ont été très bonnes. »

La fin d’une carrière, le début d’une autre

Vendredi, après son élimination en demi-finale du sprint, Harvey enfilait les entrevues avec différents groupes de journalistes dans l’aire d’arrivée. Entre deux entrevues, on a brièvement entendu sa copine Sophie lancer « Eille, mon bec! » Son amoureux est allé l’embrasser pour rapidement retourner voir les médias.

Deux jours plus tard, elle lui a présenté une bannière où il était écrit « One more year » (une année de plus). Le nouveau retraité a souri tout en hochant la tête, signe que le sport de haut niveau était bel et bien terminé pour lui. Cette fin de semaine de rêve ne modifiera pas ses plans.

Un baccalauréat en droit à terminer, un mariage à célébrer cet été et enfin, plus de temps à passer avec ses proches seront ce qui l’attendra.

L’amour du ski de fond, lui, sera encore bien présent.

Les proches d'Alex Harvey commentent son illustre carrière.

Autres résultats québécois
57- Philippe Boucher (Lévis)
61- Antoine Cyr (Gatineau)
64- Alexis Dumas (Québec)
68- Antoine Briand (Sept-Îles)

Stewart-Jones remonte au classement

Katherine Stewart-Jones (Chelsea) a terminé en force le parcours de 10 kilomètres. Partie en 51e place, elle a remonté pour finir au 44e rang, finissant deuxième Canadienne du jour derrière Emily Nishikawa (31e).

Katherine Stewart-Jones pense déjà à la prochaine saison.

« Je me sentais vraiment bien aujourd’hui et j’étais dans un peloton avec des filles qui avaient été plus rapides que moi hier. Je savais que ce serait un bon challenge », a expliqué l’athlète de Chelsea qui était heureuse de skier en peloton fin de se protéger du vent.

« J’ai vraiment hâte de m’entraîner pour la prochaine saison. Je veux me classer plus souvent dans le top-30 et continuer de m’améliorer », a conclu celle qui devrait être des premières étapes de la Coupe du monde la saison prochaine.

La Suédoise a une fois de plus raflé la mise en demeurant invaincue à Québec. Ses deux poursuivantes, les Norvégiennes Therese Johaug et Ingvild Flugstad Oestberg, deuxième et troisième, n’ont pas été en mesure de combler les écarts de 33 secondes (Oestberg) et 49 secondes (Johaug) qui les séparaient au départ de la championne olympique au sprint.

Autres résultats québécois
57- Cendrine Browne (Saint-Jérôme)
61- Laura Leclair (Chelsea)
62- Frédérique Vézina (Saint-Ferréol-les-Neiges)
67- Marie Corriveau (Saint-Ferréol-les-Neiges)
69- Anne-Marie Petitclerc (Beaupré)