Escrime en fauteuil roulant – Coupe du monde

Mainville et Hébert pensent déjà à vendredi

MainvillePierre4
Photo Matthew Murnaghan, CPC 
Pierre Mainville

Montréal, 23 mai 2019 (Sportcom) – Les escrimeurs en fauteuil roulant Pierre Mainville et Matthieu Hébert ont connu des parcours semblables, jeudi, à la deuxième journée de la Coupe du monde de Sao Paulo. Mainville a conclu en 20e place à l’épée (catégorie B), alors que Hébert s’est classé 26e au fleuret (catégorie A).

Mainville, vétéran de l’équipe canadienne, a signé une fiche de 2-3 en poule pour ensuite subir une défaite de 15-9 contre l’Allemand Balwinder Cheema au premier tour éliminatoire.

« J’aurais pu gagner (contre Cheema) et je n’ai vraiment pas bien tiré. Je n’étais pas précis et ça ne fonctionnait pas. Je sentais que j’étais concentré, sauf que j’ai pris de mauvaises décisions et je manquais de conviction au moment de faire mes touches », a soutenu l’escrimeur de Saint-Colomban qui compte bien se reprendre au sabre vendredi, son arme favorite.

En grande finale, le Britannique Dimitri Coutya a eu raison de l’Ukrainien Oleg Naumenko 15-6.

Moins de succès pour Hébert au fleuret

Après avoir obtenu une réjouissante 16e place au sabre la veille, Matthieu Hébert n’a pu répéter ses exploits au fleuret. Le Québécois a conclu la ronde des poules avec une fiche de deux victoires et quatre défaites avant de s’incliner au compte de 15-4 face au Russe Artur Yusupov lors du premier tour éliminatoire, ce qui l’a relégué au 26e rang.

« Le fleuret n’est pas mon arme de prédilection et ça paraît en compétition. Je ne pratique pas beaucoup et j’ai de la difficulté dans mes matchs face aux spécialistes de cette arme. Je me sers de mon expérience au sabre pour tenter de rivaliser du mieux que je peux. C’est une journée plus difficile au niveau sportif, mais je ne veux pas me laisser affecter par ça », a-t-il expliqué.

Toutefois, la victoire de l’athlète de 51 ans face au Brésilien Moacir Ribeiro lors de la ronde des poules avait de quoi le réjouir.

« Je suis parvenu à vaincre le Brésilien, ce qui est excellent pour ma qualification en vue des Jeux paralympiques de Tokyo. Même si le fleuret n’est pas ma force, je peux réussir à me qualifier dans la zone continentale. Les Brésiliens sont arrivés dans le bas du tableau et Ryan (Rousell) et moi avons eu de meilleurs résultats qu’eux. C’est de bon augure! »

Hébert sera de retour à l’épée, vendredi, dans ce qui s’annonce être l’épreuve la plus relevée de cet arrêt brésilien dans sa catégorie.

« C’est l’arme que je pratique le plus, mais la compétition risque d’être ardue. Je me sens en forme et je suis prêt pour accumuler des points pour ma qualification paralympique », a conclu l’athlète de Beauharnois qui souhaiterait obtenir un deuxième top-16 à Sao Paulo.