Canoë-kayak de vitesse – Coupe du monde

Vincent-Lapointe et Vincent, une chimie qui opère

VincentLapointeVincent2018
Photo Zsuzsanna Vekassy (ICF)/Canoë-kayak Canada 
Laurence Vincent-Lapointe et Katie Vincent

Montréal, 26 mai 2019 (Sportcom) – Après avoir remporté l’or samedi au C1 200 m, Laurence Vincent-Lapointe est montée une fois de plus sur la plus haute marche du podium en Coupe du monde de canoë-kayak de vitesse dimanche. En compagnie de sa partenaire Katie Vincent, les Canadiennes se sont imposées au C2 500 m de Poznan.

Le duo a franchi la ligne d’arrivée avec un chrono de 1 min 54,389 s. Comme la veille, l’eau était très agitée dans le bassin, ce qui a donné du fil à retordre aux canoéistes. La Trifluvienne Vincent-Lapointe et l’Ontarienne Vincent ont donc décidé d’utiliser un rythme axé sur la puissance et non sur la vitesse pour leurs rames.

« C’était loin d’être calme! En arrivant sur l’eau, j’étais nerveuse, mais je n’avais pas de doutes que nous allions bien faire ça. Nous étions toutes les deux en confiance de nos capacités. Nous nous sommes un peu déplacées du milieu de notre couloir, mais nous nous sommes replacées. J’avais confiance que Katie allait bien diriger notre bateau et qu’elle avait le contrôle. Nous avons poussé tout au long de la course. À la fin, il y avait énormément de vagues, ce qui rendait ça plus difficile », a dit la multiple championne du monde en direct de la Pologne.

Les Chinoises Ma Yanan et Sun Mengya (1 min 55,829 s) ont mis la main sur l’argent et les Ukrainiennes Liudmyla Luzan et Anastasiia Chetverikova (1 min 56,513 s) ont récolté le bronze.

« Je ne savais pas trop à quoi m’attendre des Chinoises. Je savais que nous allions avoir de l’avance, mais à quel point, aucune idée. Je suis contente de voir que toutes les heures d’entraînement que nous avons fait cet hiver ont payé. Si elles étaient sur nos talons et que ça se jouait à un cheveu, ça voudrait dire qu’elles se seraient beaucoup plus améliorées que nous, ce qui aurait été un peu difficile à encaisser », a poursuivi la Québécoise.

Le week-end prochain, à la Coupe du monde de Duisbourg (Allemagne), Laurence Vincent-Lapointe fera le C1 200 m, le C2 500 m et le C1 5000 m.

« Le 5000 m, ce n’est pas une distance olympique ni une sur laquelle je me concentre. Aujourd’hui, c’est Katie qui a gagné cette épreuve. Il n’y a pas vraiment d’enjeux, c’est vraiment plus pour le plaisir et pour donner un bon spectacle. Il se passe des choses sur cette distance! Ça va être l’fun! »

Poulin et ses coéquipiers au pied du podium

Pierre-Luc Poulin (Lac-Beauport), Mark De Jonge (Halifax), Nicholas Matveev (Richmond Hill) et Simon McTavish (Oakville) sont passés près de remporter une médaille de bronze à leur première étape de la Coupe du monde cette saison.

En finale du K4 500 m, les Canadiens ont enregistré un temps de 1 min 21,366 s, soit un retard de 0,352 seconde sur les Portugais, troisièmes au classement. Poulin a fait savoir qu’il s’agissait d’une bonne course et que l’équipe a testé un nouveau plan en finale.

« Nous sommes un bateau puissant qui connaît de très bons départs. Nous avons essayé de partir un peu plus conservateurs pour avoir une meilleure fin. Notre plan a bien fonctionné, nous avons remonté nos adversaires à la fin, mais nous étions un peu trop loin et nous avons manqué de distance. Un écart de 0,352 seconde, ce n’est pas beaucoup, mais dans notre discipline c’est 1,6 mètre de retard. »

Les Allemands (1 min 20,006 s) ont remporté la course et les Français (1 min 20,474 s) ont fini deuxièmes.

Maintenant la glace brisée, le quatuor a maintenant le regard rivé vers la deuxième étape de la Coupe du monde à Duisbourg.

« Notre équipage a connu beaucoup de changement dans la dernière année et c’était notre baptême international. L’expérience de Mark a valu pour beaucoup et nous sommes tous en grande forme physique. La semaine prochaine, les Espagnols et les Hongrois, deuxièmes et troisièmes des derniers Championnats du monde, seront là. Si nous réussissons une performance dans le top-6, nous serions sur une très bonne lancée pour les mondiaux », a-t-il conclu.

Vincent Jourdenais (Trois-Rivières) et Brian Malfesi (Maple Ridge) ont pris le troisième rang de la finale B du K2 1000 m, tandis que Lissa Bissonnette (Sherbrooke), Courtney Stott (Pickering), Michelle Russell (Fall River) et Madeline Schmidt (Ottawa) ont conclu en cinquième place de la finale B du K4 500 m.