Water-polo – Super finale de la Ligue mondiale

Des erreurs coûteuses pour les Canadiennes

BekhaziJoelle2018
Photo Twitter/Water-Polo Canada 
Joëlle Békhazi

Montréal, 8 juin 2019 (Sportcom) – Les joueuses de water-polo canadiennes ont une fois de plus essuyé une défaite en Super finale de la Ligue mondiale présentée à Budapest, en Hongrie, samedi. Cette fois, ce sont les Australiennes qui ont pris le dessus.

Les Canadiennes ont pris l’avance 3-2 au premier quart grâce aux buts de Kyra Christmas (Alberta), Joëlle Bekhazi (Pointe-Claire) et Élyse Lemay-Lavoie (Montréal). Toutefois, le vent a tourné au deuxième quart. L’Australie a creusé une avance qu’elle a maintenue jusqu’à la fin de la rencontre, passant de 6-3, à 9-5 et finalement à 15-9. Dans le troisième quart, Krystina Alogbo (Rivière-des-Prairies) et Joëlle Bekhazi ont inscrit les deux points pour le Canada.

« Nous avons laissé la meilleure joueuse de l’équipe adverse faire six buts. Elle nous attaquait quand elle était en avantage numérique, a expliqué Bekhazi. Nous devons faire un peu plus attention à ça. Nous n’avons pas attaqué aussi rapidement pendant le match. Mais nous avons vu une amélioration dans notre effort et nous avons été plus créatives même si nous avons manqué des lancers. »

Axelle Crevier (Montréal), Shae Fournier (Laval) et Clara Vulpisi (Montréal) font également partie de la formation du pays.

Dimanche, la troupe de David Paradelo se mesurera à celle de la Chine pour la septième place. Le Canada n’en sera pas à son premier duel face à cette formation. D’ailleurs, les deux équipes s’affrontent chaque année dans ce tournoi.

« Nous les connaissons bien. Nous avons travaillé sur des choses que nous ne portions pas vraiment attention avant. Leurs centres-arrières sont très fortes, mais nos centres-avants ont joué contre une des meilleures centres-arrières au monde et elles ont très bien fait. Ça nous donne de la confiance pour demain. Il ne faudra pas laisser lancer leurs gauchères, qui sont excellentes. Je pense que nous serons en business et que tout va bien aller », a conclu Joëlle Bekhazi.