Cyclisme sur route – Tour de France (hommes) et Tour d’Italie (femmes)

Hugo Houle prend le vent pour l’équipe

Karol-Ann Canuel éprouvée en montagne

HugoHoule_Dauphine2018
Équipe Astana 


Montréal, 9 juillet 2019 (Sportcom) – Une arrivée au sprint était prévisible à la quatrième étape du Tour de France et c’est exactement ce qui est arrivé en conclusion des 214 kilomètres parcourus entre Reims et Nancy. L’Italien Elia Viviani a offert à son équipe Deceuninck–Quick Step une deuxième victoire de suite alors qu’il a coiffé le Norvégien Alexander Kristoff (UAE-Team Emirates).

Comme c’est souvent le cas, Hugo Houle a joué son rôle de fidèle soldat chez Astana.

« Il y avait un bon vent de côté, trois-quarts face. J’ai roulé fort dans le vent pour garder les gars placés aux avant-postes et nous sommes restés devant toute la journée. Et c’était le même mot d’ordre dans le final : essayer de rouler devant », a-t-il soutenu, ajoutant que l’angle du vent n’était pas dangereux pour que se créent des coups de bordure qui auraient pu scinder le peloton en plusieurs groupes.

« Ça m’a coûté un peu plus d’énergie de rouler pas mal en tête de peloton, mais au moins ça permet à l’équipe d’être bien placée et d’éviter les chutes qui peuvent survenir. C’est une autre bonne journée de passée pour nous! »

Une étape au relief plus prononcé sera au programme de la journée de mercredi. Elle comptera quatre cols de deuxième et de troisième catégorie.

« Demain et après-demain, c’est certain qu’il y aura beaucoup d’efforts qui seront faits pour le classement général », a conclu le cycliste québécois.

Dure journée pour Canuel en Italie

À la cinquième étape du Giro féminin, 88 kilomètres reliant Ponte in Valtellina et Lago di Cancano, la Néerlandaise Annemiek Van Vleuten (Mitchelton-Scott) a envoyé un message fort à tout le peloton alors qu’elle s’est imposée en solo avec une avance de près de 3 minutes sur sa plus proche poursuivante, sa compatriote Lucinda Brand (Sunweb).

La Néerlandaise Anna Van der Breggen a été la meilleure coéquipière de la Québécoise Karol-Ann Canuel chez Boels–Dolmans, avec une sixième place, dans le même peloton que la deuxième. Quant à la Gatinoise, elle conclut au 43e rang, à 13 minutes 36 secondes de la gagnante.

Van Vleuten, gagnante du Giro 2018, met la main sur le maillot de meneuse et détient une avance de 2 minutes 16 secondes sur sa plus proche poursuivante, l’ancienne meneuse Katarzyna Niewiadoma (Canyon-SRAM).

L’ascension du col Passio Gavia a été retirée du parcours originalement prévu en raison de glissements de terrain, sauf que cela n’a pas rendu l’étape plus facile comme l’a indiqué Canuel

« J’ai fait la dernière montée à mon rythme. C’était un parcours super exigeant aujourd’hui et je dois dire je suis pas mal fatiguée. Je suis aussi embêtée par un mal de dos et j’espère que ça va passer », a dit Canuel.

La nouvelle championne canadienne ignore pour l’instant si elle se sentira d’attaque pour le contre-la-montre individuel de 12 kilomètres qui aura lieu mercredi.

«  Je vais voir comment je me sens. »