Jeux panaméricains – Water-polo

Rêve devenu réalité pour les Canadiennes

AlogboKrystina_action2016
Photo Water-Polo Canada 
Krystina Alogbo

Montréal, 9 août 2019 (Sportcom) – Avant même la finale des Jeux panaméricains de Lima, l’équipe nationale féminine de water-polo a pu crier victoire. Elle a défait le Brésil 19-5 en demi-finale pour assurer sa qualification aux Jeux olympiques de Tokyo, une première pour le pays depuis 2004.

Un gain de 31-7 des États-Unis contre Cuba est venu confirmer la nouvelle par la suite. Les Américaines s’étant déjà qualifiées pour les Jeux de 2020, le laissez-passer revient directement au Canada.

C’est donc un véritable rêve qui vient de se réaliser pour la formation canadienne et pour Krystina Alogbo qui porte les couleurs de l’équipe nationale depuis 2005.

« L’émotion est toute là, mélangée avec des larmes, des sourires, mais nous voulons rester sérieuses pour atteindre notre objectif de gagner l’or », a rappelé l’athlète de Rivière-des-Prairies. « Nous sommes très humbles et ç’a paru dans notre célébration. Juste en regardant le visage des joueuses et du personnel, nous pouvions quand même voir toute la fierté que nous ressentons. »

Le Canada a pris les devants 4-1 dès le premier quart, puis a complété la première demie avec une priorité de cinq buts. Les poloïstes canadiennes ont accentué leur avance à la reprise du jeu pour creuser un écart de 14-5 au troisième quart et finalement l’emporter 19-5.

La Québécoise Axelle Crevier (Montréal) a trouvé le fond du filet à quatre occasions. Joëlle Bekhazi (Pointe-Claire) a quant à elle marqué trois buts, tout comme Shae Fournier (Laval).

« Nous savons que notre plus gros ennemi, c’est nous-mêmes. Il fallait seulement garder notre tête dans le match et rester concentrées. Nous étions prêtes à toute éventualité et je pense que nous l’avons prouvé aujourd’hui. Je suis fière de cette équipe et de ceux qui ont travaillé très fort pour la mener où elle est rendue », a poursuivi Alogbo.

Boucler la boucle

Année après année, Krystina Alogbo avait l’impression que c’était la bonne. Cette fois, c’est tout un processus qui est à l’origine de cette qualification et beaucoup de personnes ont contribué à ce succès. « Juste en commençant la compétition, je pensais aux années précédentes et à ce qui s’en venait. Cette fois, il n’y avait aucun doute. Nous nous sommes préparées longtemps pour ça et en voyant tout le monde y croire, j’étais moins stressée », a-t-elle confié.

« Nous pouvons compter sur la jeunesse, l’expérience et le talent. Plusieurs entraîneurs sont liés au programme depuis des années, de près ou de loin. C’est une grande famille qui a écrit cette histoire et nous avons pu avoir le Canada derrière nous et dans nos coeurs depuis le tout début. »

La rencontre ultime contre les Américaines s’annonce difficile, selon Alogbo. Leurs adversaires sont physiques et agressives, mais les Canadiennes vont tout donner afin de conclure en beauté avant leur préparation pour les Jeux olympiques de Tokyo.

« Je pense que c’est quelque chose que le Canada peut réaliser afin de boucler une belle histoire. Nous sommes prêtes pour ça, nous sommes rendues là. »

L’équipe masculine peut aussi rêver à Tokyo

Les Canadiens ont remporté une demi-finale âprement disputée face aux Brésiliens, vendredi, pour obtenir leur place en grande finale. Après avoir pris une avance de quatre buts à la demie, le Canada a vu les représentants du Brésil créer l’égalité à sept partout au quatrième quart.

Nicolas-Constantin-Bicari est toutefois venu jouer les héros en marquant son deuxième du match avec seulement 43 secondes à faire au cadran.

Jérémie Côté a également inscrit deux buts au cours de ce duel. Les autres marqueurs ont été Gaelan Patterson, Reuel D’Souza, Aleksa Gardijan et Matt Halajian.

Aria Soleimanipak et Mark Spooner sont les autres Québécois de cette formation qui fera face aux États-Unis lors de la grande finale qui sera disputée samedi. Avec une victoire, les Canadiens pourraient eux aussi s’assurer d’une place aux Jeux olympiques de Tokyo.