Triathlon – Coupe du monde

Amélie Kretz affronte un peloton relevé

KretzAmelie_2018_course_douleur
ITU Media/Janos Schmidt 
Amélie Kretz

Montréal, 7 septembre 2019 (Sportcom) – Amélie Kretz n’avait jamais pris part à une Coupe du monde aussi relevée que celle de Banyoles, disputée samedi, en Espagne. La Québécoise a finalement pris le 34e rang de la compétition disputée sous la forme de distance sprint (750 m de natation, 20 km de vélo et 5 km de course à pied).

Il s’agissait d’une course avec « le calibre le plus fort en Coupe du monde jamais vu » par la Québécoise. Après une belle prestation à la natation, Kretz se trouvait à 6 secondes du groupe de meneuses, composé de 7 participantes. « J’ai eu une solide natation et nous étions plus de 45 filles pour la portion en vélo. Tout s’est joué à la course à pied où j’ai connu plus de difficulté et où j’ai le plus souffert », a-t-elle expliqué.

Cette contre-performance pour conclure l’épreuve a coûté cher à Amélie Kretz, qui a stoppé le chronomètre à 58 min 9 s. « C’est décevant comme résultat, mais on passe à la prochaine. »

Ce peloton relevé, digne des Séries mondiales selon Kretz, n’a pas eu d’impact sur l’état d’esprit de la Canadienne durant la compétition. « J’adore me mesurer aux meilleures et je sais que j’ai ma place à l’avant. Ça va venir, je dois juste être plus patiente. »

L’Allemande Laura Lindemann a été la plus rapide avec un temps de 55 min 38 s, suivie par l’Américaine Tamara Gorman (55 min 52 s) et de Flora Duffy (55 min 55 s), des Bermudes.

Amélie Kretz va maintenant profiter d’une semaine de repos avant de reprendre l’entraînement en vue des Coupes du monde qui seront disputées en Asie, en octobre.

52e, Alexis Lepage arrête sa saison

Chez les hommes, Alexis Lepage a pris le 52e rang en raison d’un chronomètre de 52 min 11 s à cette épreuve où son compatriote Tyler Mislawchuk a terminé au pied du podium.

Constamment à l’étranger depuis décembre dernier, l’athlète de Québec a annoncé qu’il mettait un terme à sa saison après cette course. La fatigue physique et mentale ont fait en sorte qu’il était préférable, selon lui, de revenir à la maison pour refaire ses forces.

« Je ne suis vraiment pas content de ma course. Depuis le dernier mois, je ne me sens pas super bien et je vais mettre fin à ma saison pour revenir plus fort. Ces temps-ci, mon corps me dit juste non », a reconnu celui qui n’avait pas complété le triathlon de Lausanne, la semaine dernière, en raison d’une blessure au pied.

Le Français Vincent Luis a remporté la médaille d’or en complétant la course en 49 min 58 s. L’Espagnol Mario Mola (50 min 1 s) et le Hongrois Bence Bicsak (50 min 18 s) sont venus compléter le podium.

« Ce fut une longue saison, la meilleure de ma carrière, même si c’était en dents de scie. Je reste très satisfait d’avoir fait un podium en Coupe du monde, deuxième au relais des Jeux panaméricains et cinquième au relais des Championnats du monde de Hambourg. »

Lepage avait encore trois ou quatre courses à son horaire d’ici la fin de la saison, mais il préfère s’accorder une période de repos.

« Sur Instagram, on n’a pas l’impression qu’un athlète a la vie difficile. C’est souvent loin d’être facile », ajoute-t-il, en parlant du défi que représente maintenir une vie sociale saine lorsque l’on est constamment à l’étranger.