Paranatation – Championnats du monde

Trois autres médailles et un record canadien à Londres

RivardAurelie_crawl1
Photo Comité paralympique canadien 
Aurélie Rivard

Montréal, 11 septembre 2019 (Sportcom) – Tess Routliffe, Aurélie Rivard et Alexander Elliot sont tous montés sur un podium dans leur catégorie respective, mercredi, aux Championnats du monde de paranatation, à Londres.

Non seulement Tess Routliffe a décroché une médaille d’argent en finale du 100 m brasse SB7, elle a aussi signé un record canadien avec un chrono de 1 min 32,39 s. Seule l’Australienne Tiffany Thomas Kane (1 min 30,84 s) a su devancer la représentante du Canada, tandis que la Russe Mariia Pavlova (1 min 33,74 s) est venue compléter le podium.

« Ç’a été une excellente course! C’est une deuxième place, mais j’ai donné tout ce que j’avais et je suis très contente du résultat. J’ai toujours beaucoup de plaisir à la brasse et je m’entends bien avec les compétitrices. Après avoir été première aux qualifications, j’étais très excitée de participer à cette finale », a confié la Montréalaise.

Le fait d’établir un record canadien à cette épreuve tout en se plaçant sur la deuxième marche du podium a rendu Tess Routliffe très fière. « C’est un grand honneur, j’aime toujours représenter mon pays sur la scène internationale et porter ses couleurs. D’être une des plus rapides du Canada, c’est un sentiment incroyable. » La marque précédente était de 1 min 36,09 s et appartenait à l’Ontarienne Abi Tripp, qui a pris le cinquième rang de cette finale.

De son côté, Justine Morrier, de Saint-Jean-sur-Richelieu, a pris le cinquième rang de sa vague des qualifications au 100 m brasse SB14, ce qui n’a pas été suffisant pour atteindre la ronde finale.

Aurélie Rivard reçoit l’argent et s’effondre après la course

On a eu droit à une course spectaculaire en finale du 400 m libre S10, mettant en vedette Aurélie Rivard et la Polonaise Oliwia Jablonska. Du début à la fin, les deux athlètes étaient nez à nez et moins d’une seconde les séparait de la tête, mais la Québécoise avait toujours une légère avance sur sa poursuivante. Avec environ 15 mètres à parcourir, Jablonska est parvenue à surprendre la championne en titre paralympique pour s’emparer de la médaille d’or par 0,77 seconde. La Polonaise a affiché un temps de 4 min 29,65 s, un record des Championnats du monde, tandis que Rivard a fait 4 min 30,42 s. La Britannique Zara Mullooly (+5,26 s) a gagné le bronze.

« Aurélie a vraiment tout donné ce soir et elle a offert une très belle performance. Elle a fait preuve de combativité, de ténacité et elle a représenté le Canada avec beaucoup de fierté. Elle peut être fière de son résultat, qui est tout près de son record du monde (4 min 29,27 s) », a déclaré l'entraîneur et directeur adjoint de la haute performance chez Natation Canada, Wayne Lomas.

Épuisée, l’athlète de Saint-Jean-sur-Richelieu a manqué d’énergie une fois sortie de la piscine et s’est effondrée, sans toutefois perdre connaissance. L’équipe médicale est rapidement venue s’occuper d’elle pour lui apporter les soins appropriés. Natation Canada assure que la nageuse de 23 ans se sentait mieux par la suite et qu’elle était en mesure de se déplacer par elle-même. Impossible pour le moment de savoir si le reste de ses Championnats du monde sont compromis, elle qui devait défendre son titre paralympique au 100 m libre, jeudi.

Il s'agit d'une deuxième médaille pour Aurélie Rivard au Royaume-Uni, elle qui a raflé l'or au 50 m libre S10 plus tôt cette semaine.

La troisième est la bonne pour Elliot

En action dans une finale pour une troisième journée de suite, Alexander Elliot a finalement réussi à se frayer un chemin sur le podium en remportant le bronze au 400 m libre S10. Le résident de Québec a su conserver sa troisième place obtenue aux qualifications, cette fois en arrêtant le chronomètre à 4 min 8,34 s.

Depuis près d’un an, Elliot tente de peaufiner ses temps à cette épreuve et le travail a porté ses fruits mercredi. « C’était mon objectif tout au long de l’année de gagner une médaille à cette épreuve. J’ai travaillé très dur pour gérer mon énergie afin de finir fort dans les 200 derniers mètres », a expliqué Elliot.

C’est justement de cette façon qu’il s’est démarqué. Quatrième durant une bonne partie de la course, le nageur originaire de Kitchener, en Ontario, a pris la troisième place dans la deuxième moitié de la finale. L’Ukrainien Maksym Krypak a reçu la médaille d’or, tandis que le Néerlandais Bas Takken a obtenu l’argent.

« Je suis très fatigué après avoir participé à des finales lors des trois dernières journées. Je n’ai plus beaucoup de force dans les jambes, mais c’est satisfaisant de terminer en beauté », a-t-il souligné, lui qui avait raté le podium de peu, mardi, au 200 m quatre nages.

Les Championnats du monde se poursuivront jusqu’à dimanche à Londres.