Paranatation – Championnats du monde

Une première médaille pour Leroux, une quatrième pour Rivard

LerouxJames_Rio2016
Photo Comité paralympique canadien 
James Leroux

Montréal, 14 septembre 2019 (Sportcom) – En signant un record des Amériques au 100 m brasse SB9, James Leroux a décroché sa première médaille à des Championnats du monde de paranatation, samedi, à Londres. Le Repentignois a arrêté le chrono de 1 minute 8,56 secondes.

Plus tard en soirée, Aurélie Rivard remportait sa quatrième médaille à ces mondiaux, une de bronze, au 100 m dos S10.

« C’est mon meilleur temps à vie, je n’en reviens toujours pas ! Je ne m’attendais pas à aller aussi vite que ça ! Mon but était d’améliorer mon temps, mais je ne pensais pas le faire par près d’une seconde. Je suis vraiment content », a déclaré Leroux.

En plus de ce record, la performance de Leroux le met en nomination à cette épreuve sur la liste que soumettra le Comité paralympique canadien pour les Jeux de Tokyo.

L’Italien Stefano Raimondi (1 min 5,58 s) a été sacré champion du monde avec une avance de 2,98 secondes sur le Canadien. Le Russe Dmitrii Bartasinskii (+4,08 secondes) a obtenu le bronze.

« C’est ma meilleure épreuve. Mon but est toujours de me rapprocher du podium. C’est un peu une surprise, mais c’était mon objectif. C’est vraiment plus que mission accomplie! » a indiqué celui qui participait aux deuxièmes mondiaux de sa carrière.

Au moins une médaille de chaque couleur pour Aurélie Rivard

En ajoutant une médaille de bronze à sa récolte depuis le début des Championnats, Aurélie Rivard est déjà assurée de quitter la capitale britannique avec une récompense de chaque couleur. L’athlète de Saint-Jean-sur-Richelieu a été la troisième plus rapide du 100 m dos S10, une épreuve âprement disputée où la gagnante Lisa Kruger (1 minute 09,22 secondes, Pays-Bas) a devancé Bianka Pap (Hongrie) par seulement 0,01 seconde.

Il s’agit de sa quatrième médaille depuis le début des Championnats après deux d’or et une d’argent.

« Je ne pensais vraiment pas être capable de faire un podium à cette épreuve-là. Avant la course, j’étais assez relaxe et zen et j’étais assez surprise de voir le numéro 3 à côté de mon nom à la fin. Habituellement, j’ai besoin d’être nerveuse pour nager vite. J’ai juste laissé tout ce qu’il me restait d’énergie. C’est vraiment une belle surprise et c’était inattendu », a révélé celle qui nageait sa dernière épreuve individuelle à ces mondiaux.

Rivard a parcouru la distance en un temps de 1 minute 10,69 secondes.

À moins d’un an des Jeux paralympiques de Tokyo, Rivard vient donc de lancer un sérieux message à ses adversaires, même si beaucoup de travail reste encore à faire au cours des mois à venir avance-t-elle.

« Je vais retourner à Montréal en sachant très bien ce que je dois faire de mieux ou de plus pour être à mon sommet dans 12 mois. Ces Championnats du monde ont été très formateurs avec des hauts et des bas et je suis contente de savoir clairement ce que je devrai travailler. »

Routliffe sixième du 100 m libre S7

La Montréalaise d’adoption Tess Routliffe s’est classée en sixième place du 100 m libre S7, elle qui avait terminé première de sa vague des qualifications en matinée. En finale, elle a touché le mur à 1 min 14,27 s, un retard de 5,44 secondes sur la gagnante, l’Américaine McKenzie Coan (1 min 8,83 s).

« Je ne peux pas demander mieux. Quatre finales en cinq courses individuelles et deux médailles! C’est bon en vue de Tokyo. Je pense que j’ai bien poussé et je crois que ma fin de course était mieux que mon départ », a dit la médaillée d’argent du 100 m brasse et de bronze du 200 m quatre nages.

De son côté, la Québécoise Sabrina Duchesne (1 min 16,30 s) a été stoppée dans les qualifications après avoir pris le troisième rang de son groupe.

Au 100 m papillon S13, le Québécois Nicolas-Guy Turbide a fini cinquième de sa vague de qualification. Son temps de 1 min 1,72 s n’a pas été suffisant pour lui assurer une place en finale.