Haltérophilie – Championnats du monde

« Je suis vraiment fière de moi ! » – Kristel Ngarlem, neuvième au monde

NgarlemKristel_2018_1
Fédération d'haltérophilie du Québec 
Kristel Ngarlem

Montréal, 24 septembre 2019 (Sportcom) – En plus de confirmer sa place dans les dix meilleures haltérophiles des moins de 76 kg de la planète, mardi, aux Championnats du monde qui sont disputés à Pattaya (Thaïlande), Kristel Ngarlem a aussi assuré sa sécurité financière pour la prochaine année.

La Montréalaise s’est classée huitième du groupe A grâce à un total de 230 kg (100+130), sauf qu’elle a terminé derrière la première du groupe B, la Sud-Coréenne Kang Yeounhee (235 kg), ce qui lui confère donc le neuvième rang.

« Je suis vraiment fière de moi ! Ç’a été la compétition la plus difficile de ma carrière ! J’ai eu une grosse préparation et j’ai vraiment travaillé beaucoup de choses, dont ma technique à l’arraché », a reconnu l’athlète de 24 ans. « Ça faisait longtemps que je travaillais pour arracher une barre de 100 kg et beaucoup pensaient que je n’y arriverais pas. Ç’a été une motivation pour moi de réussir ça aux Championnats du monde avant les Jeux olympiques. Je suis extrêmement fière de ça ! »

Aux mondiaux de l’an dernier, Ngarlem avait terminé huitième, mais avec un total de 7 kg de moins (223 kg) que sa marque réussie mardi.

« 230 kg, c’est exactement le total que je visais. Il y avait deux options pour renouveler mon carding (ndlr : brevet de Sport Canada) : finir dans le Top-8 ou faire un total de 230 kg. J’amasse aussi beaucoup de points dans le processus de qualification des Jeux olympiques. »

Avant de revenir sur la plate-forme pour la deuxième partie du concours, Ngarlem a mentionné avoir ressenti une baisse d’énergie. « J’ai réussi mon premier essai (à l’épaulé-jeté) à 125 kg et raté mon premier à 130 kg. Là, c’était les Jeux olympiques et mon salaire qui étaient en jeu », a précisé l’athlète qui devait absolument réussir sa dernière barre pour conserver ces deux objectifs en vie.

« Je voyais ça comme une motivation. J’ai déjà été au pied du mur et c’est dans ce genre de moment-là que l’expérience fait la différence. C’est ce qui m’a permis d’obtenir ce résultat », a-t-elle ajouté, tout en louangeant le travail de son entraîneur Jean-Patrick Millette.

L’autre Québécoise en lice mardi, Quinnie Rwahwire (-76 kg, groupe B), a terminé avec un total de 207 kg (92+113).

La Montréalaise a réussi sa première barre à l’arraché (88 kg) et elle a ensuite eu besoin de deux essais pour soulever celle à 92 kg. À l’épaulé-jeté, l’athlète originaire de Toronto a raté son premier essai à 113 kg, mais a réussi ses deux autres à 113 kg et 115 kg. Elle se classe 16e du classement général final.

Les Championnats du monde prendront fin vendredi et aucun Québécois ne sera en action aux trois derniers jours de compétition.