Cyclisme sur route – Championnats du monde

« Nous pouvons être fières de notre course » – Karol-Ann Canuel

CanuelKarolAnn
 
Karol-Ann Canuel

Montréal, 28 septembre 2019 (Sportcom) – Si Marie-Soleil Blais est déçue de son résultat à ses premiers Championnats du monde de cyclisme sur route, sa coéquipière Karol-Ann Canuel estime que « toute l’équipe canadienne peut être fière de ce qu’elle a accompli » à la course sur route élite de samedi, à Yorkshire, en Grande-Bretagne.

La Québécoise Gabrielle Pilote-Fortin, les Albertaines Alison Jackson et Sara Poidevin ainsi que la Britanno-Colombienne Gillian Ellsay sont les autres représentantes de l’unifolié à avoir pris part à la compétition.

La Néerlandaise Annemiek Van Vleuten a offert tout un spectacle en solo, en route vers la première médaille d’or en Championnats du monde de sa carrière avec un chrono de 4 h 6 min 5 s. Sa compatriote Anna Van Der Breggen, coéquipière de Karol-Ann Canuel chez Boels-Dolmans, a décroché l’argent. C’est l’Australienne Amanda Spratt qui est venue compléter le podium.

Alison Jackson (+5 minutes 20 secondes) a été la plus rapide de la formation canadienne, elle qui a été la 16e à franchir la ligne d’arrivée, tandis que Sara Poidevin (+5 minutes 38 secondes) a conclu les 149,4 kilomètres au 42e rang. Canuel l’a suivie de près, au 46e échelon, à 5 minutes 51 secondes de la gagnante. « Ç’a vraiment été une course difficile. Un groupe est parti après la deuxième montée de la journée et je suis restée dans le peloton, mais ça roulait vraiment vite aussi en arrière. Je suis contente que ce soit fini! » a admis la Gatinoise, qui avait pris le 12e rang de la course contre-la-montre, plus tôt cette semaine.

Cette dernière a confié qu’elle était très stressée avant le départ, notamment en raison des forts vents et de la difficulté du parcours. « Les Championnats du monde sont toujours plus stressants, mais nous étions prêtes pour une grosse journée. J’étais trop loin en commençant les montées et je n’aurais pas été capable de suivre la cadence. Je suis devenue équipière à ce moment-là et j’ai voulu aider Alison pour un éventuel sprint. Elle a été rattrapée dans un des derniers virages lorsqu’elle occupait la quatrième place. »

Des premiers mondiaux difficiles

À leur première présence aux Championnats du monde, Marie-Soleil Blais et Gabrielle Pilote-Fortin n’ont pas été en mesure de compléter la course, elles qui faisaient partie d’un groupe ayant pris trop de retard avant d’entrer sur le circuit final. Leur coéquipière Gillian Ellsay n'a pas terminé la course non plus.

« Dans un groupe qui a été forcé d'arrêter parce qu’il était trop loin derrière, je suis vraiment déçue du résultat. Mes jambes n’étaient pas au rendez-vous et c’est rare que ça arrive », a indiqué Marie-Soleil Blais. La cycliste de Saint-Rosaire s’est blessée à un genou au Tour cycliste féminin international de l’Ardèche, en France, il y a deux semaines, ce qui a compliqué sa préparation.

« Je me suis ouvert le genou, probablement sur un frein à disque, et j’ai pris sept jours de congé qui n’étaient pas prévus. Je pense que ç’a joué contre moi, mais j’ai fait du mieux que j’ai pu », a-t-elle expliqué.

Somme toute, Blais remarque une belle progression dans ses performances. Plus confiante et en contrôle dans les groupes comme celui de samedi, l’athlète de 30 ans espère revenir en force à ses prochaines sorties.

Dimanche, les Québécois Hugo Houle, Antoine Duchesne, Guillaume Boivin et James Piccoli seront en action aux mondiaux, à l’occasion de la course sur route chez les élites.