Volleyball – Coupe du monde (hommes)

Une fiche perdante, mais de l’expérience en banque

Canada - Nicholas Hoag - Hoffman Estates - FIVB - 20190623
FIVB Volleyball World 


Montréal, 16 octobre 2019 (Sportcom) – Il faut parfois prendre un pas de recul pour mieux avancer. C’est dans cette optique que l’équipe canadienne masculine de volleyball a abordé le tournoi de la Coupe du monde qui s’est conclu mardi, au Japon.

La formation canadienne, qui termine au neuvième rang avec une fiche de 4 victoires et 7 revers, a profité de cette compétition pour faire jouer un maximum de joueurs en préparation vers son dernier droit pour l’obtention de sa qualification olympique.

Mardi, le Canada a été défait 3-2 (22-25, 25-20, 25-23, 23-25 et 15-9) par la formation hôte. Le Brésil a terminé au sommet du classement, lui qui est demeuré invaincu à ses 11 rencontres.

« Premièrement, je suis très fier de mes coéquipiers », a mentionné d’entrée de jeu le Québécois Nicholas Hoag, capitaine de sa formation, au lendemain de son dernier match.

« C’était la première fois que j’avais ce rôle et c’était un grand honneur pour moi. Le tournoi a été très long et difficile pour la plupart des gars de l’équipe qui n’avaient jamais joué un tournoi comme ça. Nous avons fait jouer tout le monde et c’est très important pour l’avenir du programme canadien. »

Si le Canada n’a pas toujours délégué ses meilleurs joueurs sur le terrain, un changement était aussi perceptible sur les lignes de côté. En effet, l’entraîneur-chef Glenn Hoag a été remplacé par Daniel Lewis. L’absence du pilote de Sherbrooke s’explique parce qu’il a été retenu par son club professionnel Arkas Spor, qui évolue à Izmir, en Turquie. Le Québécois et ancien joueur de l’équipe nationale Olivier Faucher était l’assistant de Lewis au cours de la dernière quinzaine.

« On aurait aimé quelques victoires de plus, mais avec l’inexpérience de quelques joueurs, on a manqué de finition en fin de match, ce qui est crucial contre de grosses équipes comme les États-Unis ou la Russie, que l’on a eu la chance de battre. Selon moi, ce n’est que du positif qui ressort de ce tournoi », a poursuivi Hoag.

Les volleyeurs canadiens retourneront dans leurs clubs professionnels respectifs pour ensuite se retrouver en janvier au tournoi continental de qualification olympique de la dernière chance qui aura lieu à Vancouver.