Patinage de vitesse longue piste – Coupe du monde

Un premier triomphe pour Valérie Maltais

MaltaisValerie2018
Photo Facebook/Valérie Maltais 
Valérie Maltais

Montréal, 8 décembre 2019 (Sportcom) – Pour une deuxième Coupe du monde de suite, Valérie Maltais, Isabelle Weidemann et Ivanie Blondin sont grimpées sur le podium de la poursuite par équipe. Cette fois, elles se sont hissées au sommet de celui d’Astana, au Kazakhstan, avec la médaille d’or au cou, une première pour Maltais en patinage de vitesse longue piste.

« C’est complètement fou! Nous sommes tellement fières de notre course! » a lancé d’emblée la Québécoise.

La formation de l’unifolié a réussi un temps de 3 min 0,246 s, soit 0,104 seconde de moins que leurs plus proches poursuivantes au classement, les Néerlandaises. Les patineuses russes ont quant à elles remporté le bronze.

Il y a deux semaines, à la Coupe du monde de Tomaszow Mazowiecki, en Pologne, le trio avait obtenu le bronze à la première poursuite par équipe de la saison. Valérie Maltais avait toutefois spécifié qu’elles pouvaient faire mieux.

« Nous savions que nous pouvions faire une bonne course et nous avons bien exécuté les points discutés de la dernière poursuite. Le camp en Espagne a fait du bien! » a ajouté l’athlète originaire de La Baie, qui est aussi satisfaite de sa performance sur le plan individuel. « J’ai réussi à faire ce que je faisais à l’entraînement. Je suis responsable du deuxième et du cinquième tour. Il y a deux semaines, je n’avais plus d’énergie pour le cinquième. J’étais beaucoup mieux cette semaine. »

Ce fut une compétition spectaculaire pour Ivanie Blondin, qui a aussi décroché l’or au 1500 m et au 5000 m dans la capitale kazakhe. Vendredi, Isabelle Weidemann avait reçu le bronze au 5000 m. De bonnes courses qui ont donné un second souffle à toutes les patineuses pour la dernière épreuve prévue à l'horaire. « Lorsque nous faisons de bonnes performances individuellement, c’est certain que ça rend la tâche plus facile d’apporter une bonne énergie et de la confiance dans l’épreuve par équipe », a ajouté Maltais.

Plus tôt dans la journée, elle a pris le 4e rang du groupe B au 1500 m, ratant de 0,178 seconde la place pour être promue dans le groupe A, comme elle l’a fait au 5000 m vendredi.

« Je suis contente aussi de mon 1500 m et j’ai fait une bonne course. J’apprends encore à jongler avec la distance et à gérer mon énergie, ce que j’ai réussi à faire aujourd’hui. Par contre, si je n’avais pas patiné si loin des blocs, peut-être que j’aurais terminé sur le podium », a analysé celle qui est passée du courte piste au longue piste en 2018.

Également en action dans le groupe B du 1500 m, Béatrice Lamarche a fini tout juste derrière sa coéquipière au cinquième échelon.

Une note positive

Chez les hommes, David La Rue était du groupe A au 1500 m où il a terminé 14e. L’athlète de Saint-Lambert s’est dit satisfait de son résultat, une note positive après avoir connu quelques difficultés au sprint par équipe et au 1000 m. « C'était une bonne performance, j’ai eu des 1500 m difficiles lors des 2 premières Coupes du monde, c'est enfin un résultat qui me remet dans la game! Je suis content parce que même si c'était une bonne course, je vois encore beaucoup de place à l'amélioration technique et tactique. Je pense que c'est bon signe pour les prochaines compétitions cette année », a affirmé La Rue.

Antoine Gélinas-Beaulieu pointe au 17e rang, lui qui ne sentait pas en excellente forme. « Malheureusement, les jambes n'étaient pas au rendez-vous. Il m'a fallu donner énormément de mon énergie juste pour prendre de la vitesse dans les 300 premiers mètres. Le reste de la course était donc beaucoup plus difficile que d'habitude », a-t-il expliqué.

Les athlètes prendront part à la Coupe du monde de Nagano la fin de semaine prochaine. Pour l’occasion, Gélinas-Beaulieu compte bien se reprendre. « Le plan est de me remettre d'un rhume, bien me reposer et m'assurer de bien courir le 1000 m au Japon. »