Patinage de vitesse longue piste – Coupe du monde

Les Canadiennes championnes de la Coupe du monde

20191215CANADAMALTAIS
©International Skating Union (ISU) 
Valérie Maltais et ses coéquipières Isabelle Weidemann et Ivanie Blondin

Montréal, 15 décembre 2019 (Sportcom) – Une médaille d’argent récoltée lors de la poursuite par équipe disputée dimanche à Nagano, au Japon, a permis à l’équipe canadienne composée de Valérie Maltais, Isabelle Weidemann et Ivanie Blondin d’assurer son premier rang au classement général de la Coupe du monde dans cette épreuve.

Le trio canadien a profité de l’occasion pour signer son meilleur temps avec un chrono de 2 min 57,811 s, soit 1,44 seconde derrière les Japonaises.

« Notre chimie est bonne et nous coursons de mieux en mieux ensemble ! Nous sommes ensemble tous les jours à l’entraînement sur glace et même sur le vélo. Nous avons un bon synchronisme et nous connaissons nos forces et nos faiblesses, ce qui nous permet d’en tirer avantage », a analysé Maltais lorsque questionnée sur la recette du succès de son équipe qui compte sur un rituel de préparation bien unique.

« Avant les courses, Isabelle dit toujours we stay together, make it look good and put power! C’est toujours rassurant de connecter ensemble avant notre poursuite et, maintenant, elle ne manque jamais de prononcer ces paroles. »

Fortes de leurs trois podiums en autant d’occasions jusqu’à maintenant cette saison, les Canadiennes peaufineront leur technique en vue des Championnats du monde qui se dérouleront à Salt Lake City, en février prochain.

C’est d’ailleurs dans un climat de confiance que Maltais et ses coéquipières aborderont les prochaines semaines de préparation. « Nous sommes certaines que nous pouvons nous améliorer et aller plus vite encore! »

Des premières pour Dubreuil et La Rue

En action au 1000 m, Laurent Dubreuil et David La Rue ont tous deux récolté le meilleur résultat de leur carrière sur cette distance en terminant respectivement quatrième et treizième. C’est d’ailleurs à sa grande surprise que Dubreuil a conclu derrière le trio de tête composé du Russe Pavel Kulizhnikov (1 min 8,454 s) et des Néerlandais Kai Verbij (+0,22 seconde) et Hein Otterspeer (+0,50 seconde).

« Honnêtement, je ne m’attendais pas à finir quatrième! Tout était mieux aujourd’hui (dimanche) et j’avais un bon niveau. Je bougeais bien, j’ai eu une bonne exécution et j’ai vraiment bien patiné si je compare aux deux derniers jours », a indiqué le Lévisien, auteur d’un chrono de 1 min 9,116 s.

Dubreuil a également avoué se sentir mieux physiquement au terme d’une semaine où ses maux de dos récurrents l’ont forcé à prioriser le repos à l’entraînement. « Je pense que la journée supplémentaire avant cette preuve a été salutaire pour mon dos et j’en ai profité! Je me sentais bien et je suis vraiment fier de la façon dont j’ai fait. Je ne pourrais pas être plus content et c’est très encourageant pour la suite des choses au 1000 m. »

Pour sa part, David La Rue a conclu la distance en 1 min 9,967 s, et ce, en dépit de maux de tête et d’une fatigue qui commence à se faire ressentir après cette portion éreintante du calendrier.

« C'est mon meilleur résultat jusqu'à présent au 1000 m, donc je suis assez satisfait! Cependant, je suis loin d'avoir réalisé la meilleure performance. Je me suis réveillé avec une grosse migraine et j'ai eu de la difficulté à me concentrer dans les heures précédant la course. Mon exécution était meilleure qu’au 500 m, mais pas aussi bien que ce que je peux faire. Je me sentais assez fatigué physiquement dû au long voyage, alors c’est sûr que ça affecte les résultats », a-t-il expliqué.

De son côté, Antoine Gélinas-Beaulieu a été le plus rapide du groupe B sur cette distance en enregistrant un temps de 1 min 9,234 s. Le patineur de Québec devrait donc réintégrer le groupe A lors de la prochaine Coupe du monde qui aura lieu à Calgary, en février prochain.