Escrime – Grand Prix

Gabriella Page déjouée par le stress

PageGabriella2018
Photo Facebook/Gabriella Page 
Gabriella Page

Montréal, 12 janvier 2020 (Sportcom) – « Si je pouvais refaire le match, je changerais l’aspect mental. » Vingt-neuvième au classement mondial, la sabreuse Gabriella Page a vu son parcours se terminer plus tôt que prévu, dimanche, au Grand Prix de Montréal. La Blainvilloise s’est inclinée dans le tableau de 64 face à la Française Malina Vongsavady et a terminé au 36e échelon.

Forte d’une avance de 7-1 sur la 100e sabreuse sur l’échiquier mondial, Page a vu son adversaire créer l’égalité à 7-7, puis prendre pour la première fois les devants dans la rencontre. En marquant 11 points d’affilée, elle s’est pris une avance de 12-7 que Page a eu de la difficulté à remonter.


Cliquez ici pour visionner l'entrevue de Gabriella Page

« Je ne m’attendais pas à avoir une aussi grande avance en début de match et ça a commencé à jouer dans ma tête. Quand elle a réussi à faire une touche sur une de mes erreurs, j’ai été un peu bouleversée », a raconté Gabriella Page, qui a pu marquer quelques touches, mais s’est finalement inclinée par la marque de 15-11.

Les deux sabreuses s’étaient affrontées dans les mêmes circonstances, dans le tableau de 64, il y a moins d’un mois à la Coupe du monde de Salt Lake City. Page s’était alors imposée par la marque de 15-7. La revanche de Vongsavady ne s’est donc pas fait trop attendre. « Quand j’ai vu que j’allais encore l’affronter, ça m’a un peu stressée. J’ai commencé à me questionner si elle allait faire quelque chose de différent. Ça jouait beaucoup dans ma tête au lieu de me concentrer sur mon escrime. Il m’a manqué de combativité et mon adversaire m’a très bien déjouée. »

Rappelons que Page était la seule Canadienne encore en lice dimanche. Ses compatriotes avaient toutes été éliminées samedi au terme de la ronde des poules ou du tableau préliminaire. Grâce à ses cinq victoires en cinq matchs en poule, la sabreuse de 25 ans avait quant à elle obtenu un laissez-passer direct pour le tableau principal.

« Je suis fière de ma performance en poule, mais aujourd’hui (dimanche), en ce moment, je suis un peu dans mes émotions alors je vois peu de positif. Je suis contente d’avoir eu le soutien de mon entourage. La compétition était importante dans le processus de sélection olympique et je suis encore dans la course.  Je vais revenir plus forte au prochain tournoi. »

Page sera de retour à la compétition à la Coupe du monde d’Athènes, en Grèce, qui sera disputée du 6 au 8 mars.

Challenge international de Paris – Les fleurettistes canadiens 15es

Du côté de Paris, la Coupe du monde de fleuret s’est terminée par une épreuve par équipe dimanche. La formation canadienne composée de Maximilien Van Haaster, Pierre Olivier Bontems, Blake Broszus et Eli Schenkel a pris le quinzième rang.

D’abord vainqueur sur l’Australie dans le tableau de 32, le quatuor de l’unifolié a ensuite baissé pavillon contre l’Allemagne au tour suivant.

« C’était des matchs serrés, mais l’important était surtout de faire une victoire à notre premier match contre l’Australie », a souligné Maximilien Van Haaster.

Atteindre le tableau des 16 était important pour les escrimeurs canadiens qui sont dans la course à une qualification olympique en équipe et qui doivent devancer leurs principaux adversaires, les Brésiliens, au classement mondial. Ces derniers ont pris le 17e rang dimanche.

En matchs de classements, les quatre Canadiens ont à nouveau subi la défaite vis-à-vis des Britanniques avant de remporter leur duel déterminant les 15e et 16e places contre la Hongrie. Les deux formations se sont offert une lutte serrée qui s’est terminée par la marque de 45-44, ce qui a permis au Canada de terminer le tournoi avec une victoire.

« Le match a été serré jusqu'à la fin, a ajouté Van Haaster. C'est bon pour notre confiance de battre les Hongrois. Ça faisait longtemps que nous ne les avions pas battus. »

Van Haaster et ses coéquipiers seront de retour en action en février pour un Grand Prix en Italie et une Coupe du monde et Coupe du monde par équipe en Égypte.