Patinage de vitesse longue piste – Championnats du monde

Dubreuil et Gélinas-Beaulieu champions du monde… pendant 5 minutes

2020-laurent-dubreuil-calgary
Crédit photo: Dave Holland/Patinage de vitesse Canada 


Montréal, 13 février 2020 (Sportcom) – Laurent Dubreuil, Antoine Gélinas-Beaulieu et Gilmore Junio auront été champions du monde au sprint par équipe pendant 5 minutes. Jeudi, au premier jour des mondiaux de patinage de vitesse longue piste de Salt Lake City, le trio canadien a été le plus rapide (1 minute 17,69 secondes) de l’épreuve. Il a ensuite dû attendre de longues minutes de délibération de la part du jury pour finalement être disqualifié en raison d’un échange de relais illégal.

Les officiels ont jugé que Dubreuil avait laissé sa place trop rapidement à Gélinas-Beaulieu alors que les deux patineurs n’étaient pas complètement sortis du virage.

« C’est la raison officielle, mais disons que nous ne sommes pas trop d’accord avec la décision de l’arbitre. Je trouve que c’est très sévère. Antoine et moi étions côte à côte à la sortie du virage et ce n’est pas comme s’il était complètement en avant de moi, a commenté Dubreuil. Étant donné que c’était un jugement de l’arbitre, nous n’avons même pas pu faire appel. »

L’équipe canadienne ne repart toutefois pas les mains vides grâce aux prestations de Ted-Jan Bloemen (or) et de Graeme Fish (bronze), tous deux médaillés au 5000 m.

Gélinas-Beaulieu a ajouté qu’il n’y avait pas de marques pour délimiter la zone à la fin du virage, tel que l’exige de règlement, et ce, même s’il s’agit des Championnats du monde.

« C’est doux-amer, a-t-il mentionné. Nous sommes vraiment contents d’avoir été aussi vites, d’avoir battu nos compétiteurs et d’avoir fait une belle course. Mais de rater cette belle première place, c’est très décevant et frustrant. On doit passer à autre chose. C’était quand même une belle épreuve pour montrer que nous sommes capables d’aller vite. »

Les Canadiens ont connu un excellent départ. Bien groupé, le trio canadien a rapidement pris sa vitesse de croisière, tandis que du côté de leurs adversaires kazakhs, le premier patineur avait déjà distancé ses coéquipiers. Junio a ensuite cédé sa place à Dubreuil qui a continué à creuser l’écart au chrono. Gélinas-Beaulieu a conclu l’épreuve. Le Sherbrookois a levé les bras pour célébrer, sachant qu’une médaille était assurée avant la course des deux dernières équipes.

La fête a coupé court peu de temps après la dernière course pour ensuite laisser place à une longue incertitude de près de 30 minutes qui aura finalement confirmé la disqualification des Canadiens.

« L’équipe des Pays-Bas, ce n’est pas des deux de pique et on leur a mis une demi-seconde. Nous ne sommes pas les vainqueurs aujourd’hui, mais on les a rincés sur la glace. C’est super encourageant pour nos courses », a conclu Dubreuil, de Lévis.

Meilleure course cette saison pour Valérie Maltais

Valérie Maltais a pour sa part pris le 12e rang du 3000 m qu’elle a parcouru en 4 minutes 02,136 secondes, soit 7,88 secondes de plus que la Tchèque Martina Sablikova qui a remporté son sixième titre mondial sur cette distance.

La Néerlandaise Carlijn Achtereeke (+0,67 s) et la Russe Natalia Voronina (+1,28 s) ont été les autres médaillées.

« Je suis quand même contente de ma course. C’était ma meilleure course de la saison et j’ai été en mesure de faire des éléments techniques que je souhaitais faire. À la fin de la course, j’ai perdu une seconde au tour qui m’a coûté cher, mais ça reste un bon progrès pour cette saison », a soutenu l’athlète originaire de La Baie.

Les épreuves de 10 000 m (H), poursuite par équipe (F), et 500 m (F et H) seront présentées vendredi.