Ski de fond – Coupe du monde

Un sommet en carrière pour Cendrine Browne

2020-cendrine-browne
Crédit: Nordic Focus 


Montréal, 20 février 2020 (Sportcom) – Le départ groupé de 34 km style libre de jeudi a été une des courses les plus difficiles de la carrière de Cendrine Browne. Les forts vents n’ont toutefois pas empêché la fondeuse de signer son meilleur résultat en Coupe du monde, terminant 25e à Meraker, en Norvège.

Les conditions venteuses ont fait en sorte que les compétitrices se sont divisées en pelotons plus nombreux, forçant la Québécoise à unir ses forces à celle de sa compatriote Katherine Stewart-Jones.

« Ç’a été une bonne bataille dès le début. Katherine (Stewart-Jones) et moi avons travaillé vraiment fort ensemble pour rejoindre le peloton des top-20 et 30 », a expliqué Browne. « J’ai réussi à rester cachée du vent et j’ai pris des relais, ce qui m’a vraiment aidée. Je ne savais pas j’étais à quelle position, mais avoir su que j’étais si près du top-20, j’aurais peut-être essayé de passer », a-t-elle ajouté, très satisfaite de sa performance.

L’athlète de Prévost a stoppé le chronomètre à 1h 32 min 40,7 s, à un peu plus de 6 minutes de la gagnante, la Norvégienne Therese Johaug (1 h 26 min 32,8 s). Ingvild Flugstad Oestberg (+ 4 secondes) et Heidi Weng (+1 minute 21,6 secondes), également de la Norvège, ont fini deuxième et troisième.

Une fois de plus, Katherine Stewart-Jones a cogné à la porte du top-30 en se classant 31e après un effort de 1 h 32 min 48,9 s.

Du côté masculin, Alexis Dumas a fini au 67e rang avec un chrono de 1h 27 min 7,2 s, tandis que Ricardo Izquierdo-Bernier a été le 77e skieur à franchir la ligne d’arrivée. Il a conclu l’épreuve en 1 h 32 min 38,5 s.

Le Russe Alexander Bolshunov a remporté cette épreuve du départ groupé 38 km style libre. Les Norvégiens Johannes Hoesflot Klaebo (+51,7 secondes) et Emil Iversen (+51,8 secondes) ont complété le podium.

Une nouvelle mentalité payante

Les derniers mois n’ont pas été de tout repos pour Cendrine Browne, elle qui tente maintenant de tirer du positif de toutes les péripéties qu’elle a traversées. Depuis son retour à la compétition au début du mois de février, l’athlète de 26 ans fait preuve d’une belle progression et réussit les meilleurs résultats de sa carrière.

« Tout ce qui m’est arrivé m’a permis de remettre les choses en perspective et de travailler différemment. J’essaye de ne plus avoir d’attentes et de ne pas penser au résultat avant de commencer la course », a-t-elle expliqué. « Je veux juste donner mon maximum! C’est comme ça que je fonctionne cette année et ça va beaucoup mieux. »

Browne ajoute que son retrait de l’équipe nationale n’a pas seulement apporté que des désavantages et elle le ressent lorsqu’elle est en action.

« Je n’ai plus à répondre à certains critères, alors je peux me concentrer sur moi-même. Ça m’apporte moins de stress et ça m’a enlevé de la pression sur les épaules. Je me sens libre et je performe mieux grâce à ça! »

Cendrine Browne pointe provisoirement au 30e rang du classement général en Norvège. Elle sera du sprint classique samedi, de même que de la poursuite classique dimanche, où elle voudra demeurer parmi les 30 meilleures. « Je ne pense pas trop à ça par contre. Je vais me concentrer sur mes mouvements et ma technique afin d’offrir la meilleure performance possible. »