Judo

Tout était permis pour Antoine Bouchard

AntoineBouchard_JudoCanada_RafalBurza
Courtoisie Judo Canada / Rafal Burza 
Antoine Bouchard

Montréal, 27 mars 2020 (Sportcom) – Antoine Bouchard était sur le point de partir pour Marrakech lorsque l’annulation du tournoi a été annoncée. Seulement un mois après son retour à la compétition à la suite d’une opération à une épaule, le judoka a été freiné dans sa poursuite vers une deuxième qualification pour les Jeux olympiques.

Après être revenu sur les tatamis en février lors d’une tournée européenne, le Jonquiérois avait un calendrier chargé ce printemps. Il devait combattre en Géorgie, en Turquie et aux Championnats panaméricains à Montréal. Tous les espoirs étaient permis pour celui qui avait pris la cinquième place chez les moins de 66 kg à Rio.

L’athlète de 25 ans, qui assure ne pas avoir ressenti de douleur à l’épaule, avait combattu avec confiance à Paris et en Allemagne, mais il s’attendait à franchir une autre étape et à obtenir de meilleurs résultats au Grand Prix de Marrakech, où il avait gagné le bronze l’an dernier.

« Selon le classement, j’aurais peut-être été une tête de série, malgré mon absence de quelques mois. Je me voyais bien performer. J’avais réussi à bien m’entraîner », dit celui qui combat maintenant chez les moins de 73 kg. Il a vite constaté l’évolution de la pandémie mondiale, jusqu’au report des JO à 2021.

« En ce moment, nous n’avons pas accès à nos installations, alors je vois ça d’un bon œil parce qu’on aura au moins le temps de revenir sur les tapis et s’entraîner », affirme-t-il. Il applaudit la décision initiale prise par le Comité olympique canadien de ne pas aller à Tokyo cet été pour protéger les athlètes.

Un intérêt particulier pour la crise

Parallèlement à sa carrière d’athlète, Antoine Bouchard termine sa dernière session en biochimie à l’UQAM. Il assure avoir un intérêt particulier pour la crise sanitaire. Même si ses études ne sont pas spécialisées en la matière, il comprend bien les effets du coronavirus et suit de près les développements et les mesures déployées au Québec.

« J’écoute notre premier ministre François Legault chaque jour. J’ai toujours trouvé qu’il prenait de bonnes décisions, assure-t-il. Je peux applaudir autant le COC que le premier ministre. »

Des questions en suspens

Alors que les prochains tournois allaient être déterminants au classement de qualification olympique, les judokas sont en attente de voir les décisions que prendra la Fédération internationale de judo (IJF). La date limite pour obtenir des points était le 30 mai 2020, mais elle est appelée à changer.

Antoine Bouchard se demande notamment si tous les points amassés seront conservés et combien de temps séparera le retour à l’entraînement au dojo de l’INS Québec et la première compétition. Selon ce qui sera décidé, cela pourrait signifier un autre nouveau départ en cette année mouvementée.