Para-athlétisme

Brent Lakatos combine design et entraînement

LakatosBrent2016Rio3
Photo Dave Holland, CPC 
Brent Lakatos aux aux Jeux paralympiques de Rio

Montréal, 21 juillet 2020 (Sportcom) – Détenteur du record du monde de cinq épreuves de para-athlétisme, Brent Lakatos ne se contente pas de s’entraîner en attendant sa prochaine course. En parallèle, avec l’aide d’un designer 3D, il améliore son fauteuil afin de le rendre plus aérodynamique.

Le champion paralympique en titre du 100 m chez les T53 s’intéresse beaucoup à l’aspect technique de son sport et est heureux d’avoir pu prendre le temps de travailler sur cet ambitieux projet. Cet été lui a permis de faire des essais avec ce fauteuil modifié.

« Souvent, la base du fauteuil est en carbone et le siège et les commandes sont en aluminium, mais je veux faire un siège sur mesure en carbone, plus aérodynamique, dit celui qui a étudié en génie à l’Université du Texas. Ça prend beaucoup de temps. Ça fait deux ans et c’est prêt, mais il y a d’autres choses à améliorer qu’on pourra faire durant l’année prochaine. »

C’est le Français Pierre Fairbank, un sprinteur multimédaillé paralympique et qui a utilisé un modèle semblable sur une période d’environ quatre ans, qui lui a donné l’idée.

Courtoisie

L’athlète de 40 ans originaire de Dorval présente ses notes et son plan à un designer 3D qui ensuite construit le modèle à l’ordinateur. Il l’envoie finalement à une compagnie qui fabrique les morceaux en carbone.

« C’est un peu plus léger, mais le plus grand avantage du carbone, c’est qu’on peut lui donner n’importe quelle forme. Il y a moins de limites pour rendre le fauteuil plus aérodynamique. »

Celui qui occupe un emploi de conseiller informatique s’entraîne cet été avec son deuxième prototype et un troisième pourrait être créé l’année prochaine.

Pas d’accès à une piste

Brent Lakatos roule sur les routes anglaises près de sa résidence de Loughborough, en Angleterre. Même s’il ne peut toujours pas avoir accès à une piste d’athlétisme, il assure pouvoir s’entraîner adéquatement à l’extérieur.

« J’ai besoin d’aller sur la piste bientôt pour faire quelques tests avec mon équipement, mais on peut pratiquer d’autres choses sur la route et pas seulement pour préparer un marathon. On peut faire du sprint sur des trajets plats », explique-t-il.

Il a démontré à plus d’une reprise sa grande polyvalence. En plus d’être le titulaire du temps le plus rapide chez les T53 sur les distances de 100 m, 200 m, 400 m, 800 m et de 1500 m, Lakatos a aussi remporté la course en fauteuil roulant au marathon à Berlin en 2017.

S’il admet avoir moins de motivation alors que la date de sa prochaine compétition internationale reste incertaine et que les Jeux de Tokyo ont été reportés à 2021, il assure avoir gardé la même cadence à l’entraînement.

Il avait été déçu de voir les essais paralympiques canadiens prévus à Montréal au printemps être reportés à l’année prochaine, mais il sera prêt. Brent Lakatos prévoit reprendre la compétition à l’automne et amorcer ainsi une nouvelle année de préparation afin de participer à ses cinquièmes Jeux paralympiques.