Cyclisme sur route

Le début du Tour de Pologne marqué par un terrible accident

hugo houle - argon 18 - KARE DEHLI THORSTAD
Argon 18 - KARE DEHLI THORSTAD 


Montréal, 5 août 2020 (Sportcom) – Le Québécois Hugo Houle a signé le meilleur résultat de l’équipe Astana, mercredi, lors de la première étape du Tour de Pologne, qui s’est conclue par une tragique collision impliquant plusieurs coureurs.

Les Néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) et Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick Step) se sont disputé la première place au sprint final, jusqu’à ce que Groenewegen propulse son compatriote dans la barrière avant de chuter à son tour, comme plusieurs autres participants. Il a finalement été disqualifié, laissant la victoire à Jakobsen. Le Français Marc Sarreau de Groupama-FDJ, qui est également tombé sur la séquence, a pris le deuxième rang, suivi du Slovène Luka Mezgec (Mitchelton-Scott).

En fin de soirée, Fabio Jakobsen était toujours plongé dans un coma. Selon plusieurs médias européens, sa situation demeure critique. De son côté l’UCI a condamné le geste de Groenewegen et a affirmé qu’un comité disciplinaire allait se pencher sur l’incident pour déterminer une éventuelle sanction.

« J’espère que ça va les faire réfléchir »

« Ce ne sont vraiment pas des choses qu’on veut voir et ça fait peur », a confié Hugo Houle, 26e coureur à franchir la ligne d’arrivée. Avec la disqualification de Groenewegen, il se classe au 25e rang.

Le parcours de la première étape du Tour de Pologne est critiqué depuis quelques années selon l’athlète de Sainte-Perpétue. Une telle finale en pente descendante force les participants à atteindre une grande vitesse, augmentant ainsi les risques si un cycliste perd le contrôle de son vélo.

« Avec une arrivée comme ça, on pouvait se douter que s’il y a des chutes à une telle vitesse, ça allait être grave. On roule entre 80 et 85 km/h. On a souvent mentionné que les arrivées comme ça n’ont pas leur place. Ils veulent faire un beau spectacle, bien aujourd’hui (mercredi), ils ont eu du spectacle. J’espère que ça va les faire réfléchir et que l’année prochaine, ils feront une finale un peu plus intelligente. »

À la fin du parcours, Hugo Houle a senti un peu de tension sur la route et a préféré battre en retraite afin de mieux se protéger. « Si j’avais été plus proche, j’aurais pu être emporté. Les barrières volaient sur la route, c’était assez intense, mais j’ai réussi à les esquiver », a-t-il raconté.

Avec deux tours à compléter, le coéquipier de Houle chez Astana, Jakob Fuglsang, a été ralenti par une chute, ce qui a nui à la formation. Somme toute, le Danois a pu revenir dans le peloton et enregistrer le même chronomètre que le meneur, tout comme Houle. Ils peuvent ainsi dire mission accomplie.

« J’étais bien physiquement et la forme était bonne. Je me sens bien depuis le début de la saison et je suis assez confiant pour la suite. Les grosses étapes vont être la troisième et la quatrième, on va voir comment les jambes vont répondre ! »

Un premier défi pour Piccoli

Également en action au Tour de Pologne, James Piccoli (Israel Start-Up Nation) pointe au 89e échelon de cette première étape de 195,8 kilomètres. Le Montréalais de 28 ans, qui en est à sa première année en World Tour, s’est dit satisfait de sa performance. « Le but était juste de rester en contact avec le peloton, de ne pas prendre trop de risques et d’éviter des chutes. C’était un peu nerveux et dangereux, mais je suis content et chanceux de passer à travers sans problèmes ! J’attends les bosses ! » a-t-il déclaré.

Les cyclistes reprendront la route jeudi pour la deuxième étape du Tour de Pologne, une course de 151,5 kilomètres entre les villes d’Opole et de Zabrze.