Cyclisme sur route – Giro Rosa

Karol-Ann Canuel et Boels-Dolmans à 3 secondes de la victoire

CanuelKarolAnn20186
Photo George Deswijzen/Boels-Dolmans 
Karol-Ann Canuel

Montréal, 11 septembre 2020 (Sportcom) – Dans une lutte serrée où trois formations ont terminé dans un écart de cinq secondes, Karol-Ann Canuel et ses coéquipières chez Boels-Dolmans ont raté la victoire par trois secondes, vendredi, à la première étape du Giro Rosa (Tour d’Italie féminin) dans les rues de Grosseto.

Les cyclistes de Trek-Segafredo ont bouclé le parcours plat de 17 kilomètres de ce contre-la-montre par équipe à une vitesse moyenne de 50,19 kilomètres/heure pour devancer la formation de la Québécoise. Mitchelton-Scott (+ 5 secondes) a conclu au troisième rang à la plus prestigieuse course par étapes féminine du calendrier.

L’Italienne Elisa Longo Borghini (Trek-Segafredo) enfile le maillot rose de meneuse.

« C’était vraiment un parcours super rapide et lorsque nous avons fait la reconnaissance, j’avais un bon feeling que nous pouvions gagner aujourd’hui, a soutenu Canuel. J’étais donc confiante, mais malheureusement, nous terminons deuxièmes. Je suis quand même contente de l’effort que nous avons fait avec l’équipe. Nous avons très bien roulé. »

Boels-Dolmans a souvent excellé dans cette épreuve où elle a d’ailleurs été sacrée championne du monde en 2016.

« C’est tellement une belle discipline. Elle récompense toute l’équipe et nous travaillons à six », a poursuivi la Gatinoise qui épaulera Anna Van Der Breggen à décrocher la victoire au classement général.

Les deux prochaines semaines seront importantes pour l’athlète de 32 ans qui affirme être prête.

« Je me sens bien physiquement et mentalement et c’est mon objectif de la saison. C’est aussi une belle préparation pour les Championnats du monde qui auront lieu quelques jours après », explique celle qui croit en ses chances de bien faire au contre-la-montre individuel des mondiaux d’Imola.

« J’ai travaillé fort mon chrono au cours des dernières semaines alors ce sera mon objectif principal (aux Championnats du monde). »

Samedi, le parcours de la deuxième étape reliera Paganico et Arcidosso sur une distance de 124 kilomètres où les sections de plat se feront rares.

« Demain ce sera une étape vraiment difficile, alors je m’attends à ce qu’il y ait beaucoup de changements au classement général », a conclu la Québécoise.