Cyclisme sur route – Giro Rosa

Grave chute de la détentrice du maillot rose au Giro Rosa

CanuelKarolAnn20186
Photo George Deswijzen/Boels-Dolmans 
Karol-Ann Canuel

Montréal, 17 septembre 2020 (Sportcom) – Dans une fin d’étape marquée par une chute impliquant une demi-douzaine de coureuses dans le dernier kilomètre, Karol-Ann Canuel et ses coéquipières de Boels-Dolmans ont pu s’en tirer indemnes, jeudi, à la septième étape du Giro Rosa.

La Néerlandaise Marianne Vos (CCC), gagnante de trois étapes depuis le début du tour, a touché la roue arrière d’une autre cycliste et elle aussi s’est retrouvée au sol, entraînant dans sa chute sa compatriote et détentrice du maillot rose de meneuse, Annemiek Van Vleuten (Mitchelton-Scott). Celle-ci a pu rallier l’arrivée et les autorités médicales ont indiqué qu’elle a eu le poignet gauche fracturé.

La Belge Lotte Kopecky (Lotto-Soudal) est la première à avoir conclu le parcours de 113 kilomètres entre Nola et Maddaloni.

Avoir été décrochée dans l’ascension finale est peut-être ce qui a permis à Karol-Ann Canuel de ne pas être impliquée dans l’accident.

« J’étais plus loin. La dernière côte était vraiment dure et je suis en train de me dire que rien n’arrive pour rien dans un sens. Les filles se sont vraiment fait mal et j’espère que tout le monde va bien », a commenté Canuel, 35e (+1 minute 38 secondes) de l’étape.

La leader de Boels-Dolmans, Anna Van Der Breggen (+3 secondes), s’est classée cinquième et demeure en troisième place au classement général (+2 minutes 3 secondes).

« Nous sommes toutes en un morceau. Anna était proche de l’accident, mais elle était devant (la chute). C’est survenu à un moment bizarre, car la route était droite. Les routes ne sont pas super belles et nous devons vraiment faire attention. »

Canuel est passée de la 39e à la 36e place au classement général et pointe à un peu plus de 18 minutes de Van Vleuten, dont on ignore pour l’instant si elle sera au départ de l’avant-dernière étape qui sera présentée vendredi entre Castelnuovo della Daunia et San Marco la Catola (91,5 kilomètres).

La Gatinoise mentionne qu’elle se sentait mieux, même si elle sait qu’il reste encore beaucoup à faire avant d’arriver à Motta Montecorvino samedi.

« Les deux dernières étapes sont vraiment difficiles et demain (vendredi) ça se finit avec un dernier 5 kilomètres vraiment à pic. Je pense que tout peut se jouer encore. »