Cyclisme sur route – Tour de France

Andersen en solo pour une deuxième fois

20200918Etape 19
 


Montréal, 18 septembre 2020 (Sportcom) – Remporter une étape du Tour de France est un exploit, mais en remporter deux en solo, dans le même Tour, est encore plus impressionnant. C’est ce qu’a réalisé le Danois Soren Kragh Andersen (Sunweb), entre Bourg-en-Bresse et Champagnole (166,5 kilomètres), vendredi, à la 19e étape.

Déjà vainqueur à la 14e étape, Andersen a refait le même coup, sauf qu’au lieu de s’échapper à 3 kilomètres de la ligne, il l’a fait au kilomètre 15 et dans un groupe de grosses pointures, dont plusieurs spécialistes de courses d’un jour tels Peter Sagan (BORA-hansgrohe) et Greg Van Avermaet (CCC).

Pendant ce temps derrière, dans le peloton, l’équipe du maillot jaune a refroidi les ardeurs de tous pour rentrer tranquillement vers l’arrivée, au grand soulagement de Hugo Houle et de ses coéquipiers d’Astana qui ont su protéger la troisième place de leur meneur Miguel Angel Lopez. Le Colombien demeure à 1 minute 27 secondes de Primoz Roglic (Jumbo-Visma).

« Après le sprint intermédiaire, nous nous sommes retrouvés groupés et il y avait des attaques et beaucoup de mouvement dans le peloton. Il fallait protéger Miguel dans les petites routes et le final très technique », a relaté Houle, 57e du jour (+7 minutes 38 secondes) et dans le peloton principal.

« Une fois que le groupe de 12 est sorti, les Jumbo-Visma ont bloqué la route avec les Barain-McLaren, ce qui a eu pour effet de calmer la course. On sentait très bien que la course était finie et que tout le monde voulait rentrer relax dans ce final qui était dangereux », a poursuivi le Québécois qui est 46e (+2 heures 30 minutes 59 secondes) au classement général.

Plus loin devant, les 12 coureurs en tête roulaient à bloc en prévision d’une bataille entre le maillot vert Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) et son principal adversaire Peter Sagan non seulement pour la victoire d’étape, mais aussi pour les points qui y étaient rattachés.

Soren Kragh Andersen a toutefois été le plus rusé pour lire la course. Après une violente attaque avortée de Matteo Trentin (CCC), il a profité du léger flottement où tous reprenaient leur souffle pour prendre les commandes, filer dans la descente et finir avec un peu moins d’une minute d’avance.

« C’est un coureur qui est très fort, a commenté Houle à propos du gagnant. Des fois, c’est juste une question de timing : les autres se regardent derrière, ne veulent pas se donner à 100 % et jouent au chat et à la souris. Ce n’est pas juste d’avoir une bonne lecture de la course, il faut avoir la force pour être capable de le faire. Il a été opportuniste. La course a roulé vite aujourd’hui et tout le monde était fatigué. Chapeau à lui ! »

Le seul contre-la-montre individuel de l’édition 2020 du Tour sera disputé samedi entre Lure et la Planche des Belles Filles. Au menu, un parcours de 36,2 kilomètres avec une montée finale de 5,9 kilomètres à une pente moyenne de 8,5%.

« Si je me sens bien, je vais le faire à fond », a promis le champion canadien au contre-la-montre en 2015.