Cyclisme – Tour d’Espagne

« C’est quand même fou ! » – James Piccoli

20201022Vuelta
 


Montréal, 22 octobre 2020 (Sportcom) – Il n’aura fallu que trois jours avant que James Piccoli (Israel Start-Up Nation) ne vive la joie de la victoire d’étape d’un coéquipier dans un grand tour cycliste. Jeudi, au Tour d’Espagne, l’Irlandais Dan Martin s’est imposé devant le porteur du maillot rouge Primoz Roglic (Jumbo-Visma) au sommet de l’ascension finale de la Laguna Negra de Vinuesa.

« C’est quand même fou ! On est super contents ! On a fait un super travail d’équipe aujourd’hui et Dan a fini avec style dans les derniers 400 mètres. Je pense qu’on va célébrer avec un peu de champagne ce soir », a souligné Piccoli, 71e du jour (+7 minutes 4 secondes), avec un sourire dans la voix après les 166 kilomètres qui séparaient Lodosa et Vinuesa.

L’Irlandais signe le deuxième gain de sa carrière à la Vuelta après avoir enlevé la neuvième étape lors de l’édition 2011. Très émotif en entrevue d’après-course, Martin a chaleureusement remercié ses coéquipiers, ajoutant qu’il s’agissait de sa première victoire depuis la naissance de ses enfants. Elle datait de juillet 2018, lorsqu’il avait remporté la sixième étape du Tour de France.

Avec trois kilomètres à faire, l’éventuel vainqueur était aux avant-postes du groupe de tête mené par les Ineos-Grenadiers qui travaillaient pour l’Équatorien Richard Carapaz. Comme il l’avait fait à la première étape, l’Américain Sepp Kuss (Jumbo-Visma) a enchaîné les courtes attaques afin de briser le rythme. Son coéquipier Roglic suivait sans peine, Carapaz bien calé dans sa roue.

Kuss a sonné une dernière charge avec 300 mètres à faire, mais il a été contré par Martin à sa droite qui a su s’accrocher en tête jusqu’au bout. Roglic conserve le maillot de meneur, sauf que son avance sur Martin est passée de 9 à 5 secondes en raison des secondes de bonification. Piccoli (+41 minutes 11 secondes) pointe au 96e rang.

Les coureurs d’Israel Start-Up Nation présents en Espagne ont eu peu d’occasions de courir ensemble cette saison. Toutefois, l’esprit d’équipe a rapidement pris forme comme le constate Piccoli.

« Nous sommes chanceux et nous sommes tous vraiment de bons gars, tant sur le vélo qu’à part (NDRL : le personnel de l’équipe). On s’entend super bien et au souper, on jase et on rit. Nous sommes tous là pour rouler en équipe et la chimie s’est faite très vite. »

Ralenti par la maladie deux semaines avant le début du tour, le Québécois sent que sa santé revient.

« Chaque jour je me sens de mieux en mieux et je pense retrouver encore plus mes jambes en deuxième et troisième semaine. Je n’ai pas pu arriver à 100 % et j’espère être là dans les moments-clés des grosses étapes de montagne. »

Un parcours de 192 kilomètres entre Garray et Ejea de los Caballeros sera au menu de la quatrième étape présentée vendredi.