Cyclisme sur route – Tour d’Espagne

Haute vitesse, mais pas de dégât à la Vuelta

20201023Vuelta
 


Montréal, 23 octobre 2020 (Sportcom) – La victoire a été irlandaise pour une deuxième journée de suite au Tour d’Espagne. Après la première place de Dan Martin (Israel Start-Up Nation) la veille, c’est son compatriote Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) qui s’est imposé au sprint du peloton, vendredi, à la quatrième étape qui s’est disputée à vive allure.

Le maillot vert du dernier Tour de France a effectué une spectaculaire remontée dans les 150 derniers mètres pour coiffer le Belge Jasper Philipsen (UAE-Team Emirates) au fil d’arrivée. Le Montréalais James Piccoli (Israel Start-Up Nation) a fini 127e dans un groupe qui a accusé une quarantaine de secondes de retard après ces 192 kilomètres de course qui ont mené les participants jusqu’à Ejea de los Caballeros.

Le coureur protégé de sa formation, Dan Martin, est 27e dans le même groupe que le gagnant, dont faisait partie le maillot rouge Primoz Roglic (Jumbo Visma). Pas de changement au sommet du classement général alors que le Slovène demeure en tête par 5 secondes. Quant à Piccoli, il est 98e (+41 minutes 53 secondes).

« Notre objectif aujourd’hui était de protéger Dan afin qu’il ne perde pas de temps. La journée a été un peu stressante à cause du vent, mais nous sommes super contents. Il y avait du potentiel pour qu’il y ait des bordures et le peloton était assez nerveux. C’était une journée stressante, mais nous nous en sommes bien tirés », a reconnu l’athlète de 29 ans.

« Nous ne voulions pas faire le sprint en tant que tel, mais plutôt guider Dan jusqu’à 2-3 kilomètres de l’arrivée pour qu’il finisse avec les autres coureurs qui se battent pour le classement général », a ajouté celui qui a pris les relais entre la marque des 25 et des 15 kilomètres à faire.

Le dernier des quatre membres de l’échappée du jour a pu survivre une dizaine de kilomètres de plus avant d’être avalé par le peloton avec une quinzaine de kilomètres à faire. Dans cette rare étape de plat depuis le début du Tour, le peloton a maintenu une vitesse moyenne de plus de 60 km/h en fin d’épreuve. Plusieurs équipes, dont Israel Start-Up Nation, ont commencé à se positionner aux avant-postes.

« Le profil de l’étape était descendant et nous avions le vent de dos pendant la majorité de la journée », a précisé Piccoli.

La Deceuninck-Quick Step est sortie du dernier rond-point avec six coureurs en tête à la flamme rouge, sauf que Jasper Philipsen s’est bien positionné dans le dernier virage pour filer seul en tête dans la dernière ligne droite. Bennett n’allait pas décevoir ses coéquipiers et il a pu revenir sur le Belge pour être le premier à franchir la ligne d’arrivée.

La cinquième étape de la Vuelta sera disputée samedi entre Huesca et Sabinanigo. Le parcours de 184 kilomètres comptera trois cols, deux de deuxième catégorie et un de troisième.