Autre sortie de piste de Valérie Grenier

Valérie GrenierCanada Alpin

Valérie Grenier

Montréal, 18 février 2021 (Sportcom) – Valérie Grenier espérait se racheter à sa dernière épreuve des Championnats du monde de ski alpin, sauf qu’une sortie de piste aura coupé court à ses ambitions, jeudi, en première manche du slalom géant disputé à Cortina d’Ampezzo, en Italie.

« J’ai un petit peu coupé la ligne du parcours et je me suis retrouvée plus basse que prévu. Je me suis battue pour rester dans le parcours, mais mon bras a accroché une porte et je suis ensuite tombée », a commenté la skieuse de Mont-Tremblant qui ne s’est pas blessée dans l’incident. « Il n’y a que mon visage qui a frappé la piste, alors j’ai un petit bleu. »

Déjà gagnante du super-G, la Suisse Lara Gut-Behrami s’est imposée de justesse au terme des deux manches devant l’Américaine Mikaela Shiffrin (+0,02 seconde) et l’Autrichienne Katharina Liensberger (+0,09 seconde). Classée 23e, la Britanno-Colombienne Cassidy Gray (+5,60 secondes) a été la meilleure Canadienne.

La piste glacée offrait tout de même une bonne prise de carres comme l’a indiqué Grenier : « C’était beau comme surface et j’aurais aimé skier le parcours jusqu’en bas, mais malheureusement, je n’ai pas eu cette chance. »

Les mondiaux sont donc terminés pour la Franco-Ontarienne qui quitte Cortina d’Ampezzo avec des sentiments partagés entre la déception de ses abandons à ses trois épreuves et la confiance acquise en super-G.

« C’est certain que c’est décevant, car j’étais DNF (Did not finish) à mes trois courses, mais si je regarde le bon côté des choses, j’étais contente d’être de retour en super-G. Pour le combiné, j’étais vraiment contente de ma descente de super-G, alors cela m’a démontré que même si je n’ai pas encore eu beaucoup d’entraînement de vitesse, je sais que mon ski n’est quand même pas si pire. Je peux être satisfaite de ce progrès-là. »

Même si ses adversaires étaient les mêmes qu’en Coupe du monde, la skieuse de 24 ans a admis que les courses des mondiaux revêtaient un caractère spécial.

« Aux Championnats du monde, c’est intense et on veut toutes une médaille. C’est à peu près juste ça qui compte. Il y a beaucoup plus de stress et plus d’attentes, alors maintenant, en retournant en Coupe du monde régulière, peut-être que je serai mentalement plus relaxe. »

Valérie Grenier concentrera ses efforts en super-G et en slalom géant d’ici la fin de la saison.

-30-

Rédaction : Mathieu Laberge (mathieu.laberge@sportcom.qc.ca)