Triathlon – Séries mondiales

Sarah-Anne Brault prête à relever le défi

BraultSarahAnne_2015
ITU 
Sarah-Anne Brault

Montréal, 5 mars 2016 (Sportcom) – Les triathlètes Sarah-Anne Brault et Amélie Kretz participaient à la première étape des Séries mondiales samedi. Les Québécoises avaient comme objectif de terminer parmi les huit premières pour décrocher une des trois places pour représenter le Canada aux Jeux de Rio.

L’Anglaise Jodie Stimpson a remporté la médaille d’or en complétant le parcours en 1 h 56 min 10 s. L’Australienne Ashleigh Gentle a terminé tout près de la gagnante (+9 secondes). L’Anglaise Helen Jenkins a quant à elle complété le podium (+16 secondes).

Sarah-Anne Brault a obtenu le meilleur résultat du pays avec une 27e place. Elle a complété la distance de 1500 mètres de natation en 19 min 14 s pour ensuite parcourir 40 kilomètres à vélo en 1 h 50 s pour terminer les 10 kilomètres de course à pied en 37 min 56 s. Au total, la Québécoise a cumulé un temps de 1 h 59 min 16 s.

« C’était la première course de la saison, alors c’est toujours difficile de dire où je me situe par rapport aux autres parce que ça change d’année en année pendant la saison morte. Je voulais voir où je me situais dans les trois sports et avoir un bon résultat. Je suis satisfaite de ma natation et de mon niveau au vélo, pas de ma performance d’aujourd’hui, mais je suis déçu de ma course à pied et du résultat final. Il fallait courir vite », a commenté l’athlète de Québec.

Ses efforts déployés en entraînement sur ses départs à la natation ont porté ses fruits selon Brault. « C’était une de mes meilleures performances en natation à vie et j’ai eu un bon départ. Ça m’a bien située, mais le groupe n’était pas très motivé à rester en avant des autres filles. Je suis vraiment contente du travail que j’ai fait pendant la saison morte à cette discipline. Nous avons été un peu conservateurs [en entraînement] avant la compétition ici, mais tout va bien présentement. »

Toutefois, la course demeure un élément à travailler en vue des prochaines étapes. « Je crois que je suis meilleure que ce que j’ai montré aujourd’hui, ce n’était pas une très bonne journée. Aussi, j’aurais pu rouler un peu plus intelligemment pour être plus fraîche pour la course », a ajouté Brault, âgée de 26 ans.

D’ailleurs, si elle veut décrocher son billet pour Rio, elle devra mettre les bouchées doubles sur cette dernière discipline du triathlon. Positive et confiante, Sarah-Anne Brault croit pouvoir atteindre son objectif.

« Il va vraiment falloir que je prenne une autre coche à la course à pied et que je démontre ce que je suis capable de faire en compétition. Pour la natation et le vélo, je ne m’inquiète pas de mon niveau de performance. La partie n’est pas finie et il me reste encore un peu de croutes à manger. Il me reste cinq semaines avant la prochaine étape et cinq autres avant la dernière. C’est beaucoup de temps pour m’améliorer. »

Le Moyen-Orient était aussi un bon test pour les triathlètes afin de savoir si la chaleur intense affecte ou non leur performance. De son côté, Brault n’a pas été ébranlée par la température, mais croit tout de même que l’air sera encore plus humide à Rio.

« J’ai trouvé ça tolérable, mais peut-être que cela a contribué un peu à ma course à pied assez médiocre. La dernière discipline était à 17 h, alors le soleil commençait à se coucher. Le facteur de chaleur n’était donc pas aussi élevé. »

Kretz n’atteint pas la ligne d’arrivée

De son côté, Amélie Kretz n’a pas terminé la course. L’athlète de Blainville a toutefois bien commencé l’épreuve en natation en sortant de l’eau après 19 min 30 s. Ensuite, une fois sur son vélo, Kretz a pédalé pendant 1 h 45 s. Malheureusement, elle n’a pas pris part à la dernière étape de course à pied.

Les deux Québécoises pourront tenter à nouveau d’obtenir leur billet olympique en terminant parmi les huit premières à l’étape de Gold Coast, en Australie, qui aura lieu les 9 et 10 avril.